Yamoussoukro : Rencontre annoncée entre Ouattara et Gbagbo Affi N'guessan ‘’ C'est un grand moment pour marquer la fin de la belligérance’’

Politique
Publié le Source : Linfodrome
yamoussoukro-rencontre-annoncee-entre-ouattara-et-gbagbo-affi-n-guessan-c-est-un-grand-moment-pour-marquer-la-fin-de-la-belligerance Photo de l'apothéose des 100 jours de prières pour la réconciliation et la paix.

La rencontre entre le Président Alassane Ouattara et l'ex-président Laurent Gbagbo prévue pour se tenir le 27 juillet 2021 au palais présidentiel à Abidjan-Plateau cristallise depuis déjà un bon moment l'actualité politique ivoirienne. Les réactions relatives à cette rencontre sont diverses au sein de la population en général et de la classe politique en particulier. Affi N'guessan, président du FPI a, pour sa part, affirmé que ‘’c’est un grand moment que les ivoiriens attendaient pour marquer la fin de la belligérance et de la consolidation du processus de réconciliation nationale.’’  

 C’était lors de l’apothéose des 100 jours de prières islamo-chrétiennes pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire qui se sont tenus du vendredi 23 au samedi 24 juillet dernier à Yamoussoukro à l’initiative de la Fondation Internationale pour la Paix, la Presse et le Développement Durable en Afrique (FIPPA) autour du thème : ‘’Le rôle des leaders ivoiriens dans la réalisation de vraies conditions de paix et de réconciliation nationale en Côte d’Ivoire’’. De l’avis du président du FPI cette rencontre entre ces deux leaders politiques, rivaux lors des élections présidentielles de 2010, va combler un vide qui allait, à coup sûr, gripper le processus de réconciliation. ‘’D’aucun ont toujours dit qu’il manquait un maillon à la réconciliation nationale à travers l’absence du Président Laurent Gbagbo au regard de sa détention à la CPI.


Aujourd’hui il est rentré. Et non seulement il est rentré et que cela soulage tous ses partisans mais il accepte de poser un acte très fort, un acte historique en se déplaçant pour aller rencontrer celui qui l’a remplacé à la tête de l’Etat, dans les conditions douloureuses que nous connaissons tous’’ a-t-il déclaré. Tout en saluant la décision du Président Gbagbo vu, selon lui, que ‘’ces douloureuses conditions auraient pu le maintenir à l’écart, auraient pu le confiner dans une attitude de repli et d’opposition, voire même de confrontation.’’ Estimant que l’acceptation de cette rencontre par l’ex-Président Gbagbo est un acte citoyen qui donne la preuve de sa volonté manifeste de donner la chance à la réconciliation et au retour de la paix en Côte d’Ivoire. ‘’Le Président Gbagbo, au nom de la paix, au nom de la réconciliation nationale, dans l’intérêt de la Côte d’Ivoire, a décidé de se déplacer pour aller rencontrer le Président Alassane Ouattara’’ s’est-il convaincu. Non sans apprécier à sa juste valeur la décision du Président Ouattara de tendre la perche à l’ex-Président Gbagbo. Geste qui, à l’en croire, aura le mérite de donner un coup de fouet à la réconciliation nationale. ‘’Le Président Alassane Ouattara, au nom de la paix, parce qu’il est aujourd’hui dépositaire de la paix en Côte d’Ivoire, premier responsable de la stabilité et de la paix dans notre pays, en tant que chef de l’Etat, a accepté de le recevoir. Je crois que c’est un grand moment que nous allons célébrer le mardi 27 juillet prochain. Et nous espérons que cela va décrisper l’atmosphère politique, cela va apaiser les cœurs dans toutes les régions. Et ce que nous espérons est que dans le sillage des partis politiques fraternisent, décrispent leurs relations dans tous les villages de Côte d’Ivoire, les hommes, les femmes, quel que soit leurs partis politiques se considèrent désormais comme frères et sœurs, fraternisent et mènent la vie politique dans la convivialité’’ dixit Affi N’guessan. Aussi, a-t-il recommandé les ivoiriens de se mettre au-dessus de leurs considérations politiques, de tourner le dos aux intérêts partisans et d’œuvrer  en synergie pour un meilleur devenir de la mère-patrie à tous tout en les appelant à l’union et à la fraternité. ‘’ Nous ne serons pas tous membres d’un parti politique. Nous serons toujours dans des partis différents. Nous aurons des religions différentes. Mais nous devons nous considérer tous comme des frères et sœurs, comme des ivoiriens qui œuvrent pour la même cause, pour l’intérêt de la nation ivoirienne et que pour cela, situer la compétition politique dans un contexte fair-play comme l’ASEC et l’AFRICA se rencontrent, comme d’autres organisations compétissent. Mais après la compétition elles se retrouvent ensemble au maquis, elles se retrouvent ensemble dans les boites de nuit, elles se retrouvent dans d’autres structures parce que c’est comme ça qu’elles doivent vivre une vie pleine et donner à leur pays toutes les chances d’être une grande nation, une nation forte, puissante, respectée à l’extérieur et rayonnante sur le plan international.’’ A-t-il mentionné.  

 

PAUQUOUD Charles Noël

 

Correspondant régional