Depuis son fief, Simone Gbagbo renait et parle au président Oauattara : « Les prisonniers sont encore nombreux dans nos prisons. »

Publié le
depuis-son-fief-simone-gbagbo-renait-et-parle-au-president-oauattara-les-prisonniers-sont-encore-nombreux-dans-nos-prisons L'ex-première Dame appelle à la libération des prisonniers politiques.
Politique

Pour sa première sortie en public depuis l’annonce du divorce avec l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, Simone Ehivet Gbagbo surnommée la « Dame de fer », s’est voulue rassurante. Elle entend bien jouer sa partition dans le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire. Ses déboires au sein du Front populaire ivoirien (FPI) présidée par Laurent Gbagbo ne semblent pas avoir raison d’elle.

Tel une brave guerrière « Abouré », Simone Ehivet Gbagbo veut aller jusqu’au bout du combat pour la libération des prisonniers politiques de la crise post-électorale d’octobre 2010. A l’image de son conjoint Laurent Gbagbo qui lors de sa rencontre avec le président de la République, Alassane Ouattara avait demandé la libération des prisonniers politiques, Simone Ehivet Gbagbo invite incessamment le président Alassane Ouattara à œuvrer pour une totale décrispation du climat politique en Côte d’Ivoire.  

Elle demeure persuadée que cela passe par la libération des prisonniers politiques. Simone Ehivet Gbagbo l’a clairement exprimé ce dimanche 08 août 2021 à Bonoua, localité dont elle est originaire. C’était à l’occasion de la cérémonie dénommée « Simone Day ». Une cérémonie initiée par Maguy Zombrot (citoyenne franco-ivoirienne résidant en France), en partenariat avec EburMedia.


« Je voudrais encore appeler le président Alassane Ouattara, appeler le gouvernement de Côte d'Ivoire pour qu'ils fassent le pas qui va permettre d'apporter l'apaisement total dans tous les coeurs des Ivoiriens, en libérant les prisonniers », a lancé Simone Gbagbo. Les prisonniers sont "encore nombreux dans nos prisons. Je parle de nos prisonniers politiques, mon souhait est que ces hommes qui y sont encore depuis 10 ans, entre autre, le général Dogbo Blé, qu'on puisse les retrouver en liberté comme moi j'ai pu bénéficier d'une ordonnance d'amnistie", a soutenu l'ex-Première dame. 

« Que pour eux, également, il soit pris une amnistie qui permettra de les mettre en liberté, non pas dans dix ans, mais maintenant", a dit Mme Simone Gbagbo, souhaitant que ceux qui sont en exil puissent aussi regagner leur pays "en toute tranquillité maintenant ». Pour Simone Gbagbo, la réconciliation nationale est la première actualité à traiter aujourd'hui. Elle s'est dite encore engagée pour le bonheur de la Côte d'Ivoire, partageant sa foi d'un pays réconcilié devant des centaines de personnes.

Surnommée la « Dame de fer » de la Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo a côtoyé les plus hauts sommets de l’État pendant dix ans aux côtés de son mari, l’ex-président Laurent Gbagbo. L’année 2011 avait scellé la chute du couple présidentiel après l’intervention décisive de l’armée française aux côtés des forces soutenant Alassane Ouattara, élu président de la République. Arrêtée en avril 2011, Simone Gbagbo avait été condamnée en 2015 à 20 ans de prison pour « atteinte à la sûreté de l’État ».

Le président ivoirien Alassane Ouattara a changé son destin lundi 6 août, en annonçant son amnistie totale et sa libération après sept années derrière les barreaux.

 

Maxime KOUADIO