Coup d’état en Guinée : La Cedeao exige la tenue des élections dans les 6 prochains mois

Politique
Publié le Source : Linfodrome
coup-d-etat-en-guinee-la-cedeao-exige-la-tenue-des-elections-dans-les-6-prochains-mois

La Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réunie, en Session Extraordinaire, le 16 septembre 2021 à Accra, République du Ghana, sous la présidence de S.E.M. Nana Addo Dankwa AKUFO-ADDO, Président de la République du Ghana, Président en exercice de la Conférence.

A l’issue de ce sommet, la Cedeao a pris plusieurs décisions dont la tenue des élections présidentielles et législatives dans les six prochains mois en Guinée, suis au coup d’Etat qui a renversé le président Alpha Condé.

« Après examen du Rapport et délibérations, la Conférence décide de ce qui suit : a. le maintien de la suspension de la Guinée de toutes les instances de la CEDEAO jusqu’à la restauration de l’ordre constitutionnel ; b. la tenue, dans un délai de six (6) mois, des élections présidentielle et législatives pour la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée ; c. la mise en œuvre des sanctions ciblées conformément aux protocoles de la CEDEAO, impliquant l’interdiction de voyage des membres du CNRD ainsi que des membres de leur famille et le gel de leurs avoirs financiers ; 4 d. l’appui de l’Union Africaine, de l’Union européenne, des Nations Unies, et des partenaires multilatéraux et bilatéraux pour la mise en œuvre desdites sanctions; e. l’interdiction aux membres du CNRD d’être candidats à l’élection présidentielle ; f. l’accompagnement de la CEDEAO dans la résolution rapide de la crise et la préparation des élections », indique la note dont Linfodrome s’est procuré copie.

Depuis le 5 septembre 2021, Alpha Condé, président de la Guinée depuis onze ans a été renversé par un coup d’état par le groupement des forces spéciales commandé par le colonel Doumbouya.

« La Conférence appelle l’Union Africaine, les Nations Unies ainsi que les partenaires au développement à endosser les décisions prises et à accompagner la restauration de l’ordre constitutionnel en République de Guinée. Les membres de la conférence ont demandé au Président en exercice de visiter les Républiques de Guinée et du Mali dès que possible afin de notifier en personne les décisions de la Conférence », a conclu la note concernant la situation e Guinée.

Sandra Kohet