Côte d’Ivoire/ Adjamé: Une "poudrière" découverte dans un cimetière, des munitions de guerre saisies

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-adjame-une-poudriere-decouverte-dans-un-cimetiere-des-munitions-de-guerre-saisies Une enquête a été ouverte pour faire la lumière sur cette affaire. (Ph. d'archives)
Politique

Une "poudrière" avec des grenades et plusieurs dizaines de munitions d’armes de guerre a été découverte en Côte d’Ivoire, au cimetière de Williamsville dans la commune d’Adjamé, mardi 12 octobre 2021, aux environs de 15h. L’information a été rapportée ce vendredi dans les colonnes du quotidien Soir Info.

Le cimetière de Williamsville dans la commune d’Adjamé contenait une "poudrière". Des précisions ont été faites sur cette découverte. « Selon nos sources, ce mardi, une "poudrière" a été découverte dans ce cimetière. Il s’agit de trois (3) grenades vides, trois (03) chargeurs de kalachnikov, cent soixante-quinze (175) munitions d'AK-47 qui peuvent contenir dans six chargeurs de kalachnikov », a-t-on énuméré.

 

1 munition de ZU-23

 

D’autres munitions d’armes de guerre ont été également trouvées. « Il y a également neuf (9) munitions de 12.7, cette puissante arme anti-aérienne, utilisée pour viser des hélicoptères et même des avions militaires, car la vitesse initiale du projectile est de 884 mètres/seconde. Il y a également une (1) munition de ZU-23, une arme de guerre appelée communément "Petit vélo", montée souvent sur des pickups, avec des canons bitube anti-aérienne ou attachée à des jeeps militaires. La seule munition de Zu-23 peut faire mouche, comme on le dit », a-t-on ajouté.

 

Des munitions de snipers ou tireurs d'élite

 

Quatre (04) autres munitions de Pkn, « arme généralement utilisée par des snipers ou tireurs d'élite » ont aussi été découvertes. Un arsenal militaire complété par un (01) percuteur et une tête de grenade. Il y avait en plus sept (7) balles blanches. « (Cet arsenal, ndlr) a été rangé soigneusement dans un sac de couleur rouge et déposé non loin d'une tombe. Les forces de l'ordre, informées de la découverte de ce colis, se sont déportées sur les lieux, aux environs de 16 h, avec plusieurs équipages dont deux issus du Centre de coordination des décisions opérationnelles (Ccdo) », raconte-t-on.

 

Une enquête ouverte

 

Sur place, les agents de Police, ont saisi « tout l'arsenal » qui a été « mis à la disposition des éléments de la Police de la Force de recherches et d'assaut de la police nationale (Frap), qui avaient été déjà sollicités, selon les mêmes sources. « Une enquête a été ouverte » pour faire la lumière sur cette affaire.

 

Eddy BIBI