Côte d’Ivoire : L’ex-journaliste Robert Dio (Pdt de AN-CI) déclare sa candidature à la présidentielle 2025, voici ses motivations

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
cote-d-ivoire-l-ex-journaliste-robert-dio-pdt-de-an-ci-declare-sa-candidature-a-la-presidentielle-2025-voici-ses-motivations

Robert Dio, ex-journaliste, spécialiste en communication et homme de culture est par ailleurs président de l’Alliance pour la Nouvelle Côte d’Ivoire (AN-CI). Il a déclaré sa candidature à la présidentielle de 2025. C’était ce samedi 16 octobre 2021 lors du congrès de sa formation politique qui a eu lieu à Dabou,. Voici ses ambitions !

Robert Dio, candidat déclaré au scrutin présidentiel d’octobre 2025 a profité du congrès de sa formation politique (AN-CI) pour révéler les véritables raisons qui l’ont poussé à être candidat. « Oui, je suis candidat en 2025. Je pense que c’est le bon moment. Il y a un grave problème en Côte d’Ivoire : c’est le problème de l’emploi. Si nous ne résolvons pas ce problème, ceux qui ont des diplômes, qui connaissent leurs droits, peuvent souvent protester et il y a danger. Il faut trouver du travail à chacun, il faut de la nourriture à tout le monde. Je veux donner du travail aux Ivoiriens. Je veux donner à manger aux Ivoiriens » a affirmé l’ex-journaliste ayant exercé dans bon nombre d’organes de presse en France.  

Selon lui, la situation de la Côte d’Ivoire nécessite l’apparition d’hommes nouveaux qui n’aient jamais pris parti dans les différentes crises survenues dans le pays. « Moi, j’ai décidé de ne pas prendre parti. En créant l’AN-CI, je veux donner une chance à la réconciliation qui est devenue un effet de mode dans ce pays » a ajouté Robert Dio.

Le président de l’AN-CI s’est présenté comme celui qui va impacter positivement la vie des ivoiriens à travers des programmes de développement alléchants. La question de l’emploi jeune, l’industrialisation, l’adéquation entre les problématiques formation-emplois étaient au centre de son discours d’orientation. Robert Dio, natif de Bangolo, région du Guémon (à l’ouest de la Côte d’Ivoire) a insisté sur la nécessité de créer des emplois pour chaque diplômé.

« Je propose de faire baisser le taux de chômage dès que je serai au pouvoir. Je vais mettre en place un cadre juridique et institutionnel fiable, capable de gérer le fonds de l’emploi jeune. Je vais vous faire une révélation. En Côte d’Ivoire ici, c’est à cause de l’administration que les enfants vont à l’école. Après c’est pour passer les concours de la fonction publique. L’administration n’est pas une entreprise. Il faut que notre pays apprenne à créer des emplois. J’ai des moyens pour amener des investisseurs » a révélé Robert Dio.

 

Elvis GOUZA