Droits de l’homme : Cour africaine des Droits de l’Homme invite les Etats membres au respect des décisions prises par l’institution

Publié le Modifié le
droits-de-l-homme-cour-africaine-des-droits-de-l-homme-invite-les-etats-membres-au-respect-des-decisions-prises-par-l-institution La Cour Africaine des Droits de l'homme en réflexion sur la stratégie pour inciter les pays membres à respecter les décisions de l'institution (PhDr).
Politique

Seulement 7% des décisions prises par la cour africaine des Droits de l’Homme sont mises en œuvre. Un pourcentage que l’institution veut relever à travers la conférence internationale sur la mise en œuvre et l’impact de ses décisions.

Depuis le lundi 1er novembre 2021 se tient « la Conférence internationale sur la mise en œuvre et l’impact des décisions de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples : défis et perspectives ». Elle se déroule à Dar Es Salaam (Tanzanie) et prendra fin le 3 novembre 2021.

Déplorant ce faible respect des décisions de la Cour africaine des droits de l’homme, La présidente de la Cour, l’Honorable Juge Imani D. Aboud dans son intervention a indiqué que « le fait que seuls 7 % des décisions rendues à ce jour par la Cour africaine aient été exécutées constitue une source d’inquiétude car ce pourcentage très faible trahit la vision des États qui ont créé la Cour ». Elle ajoute qu’« Il s’agit là d’une situation alarmante dans la mesure où les États membres ont envisagé la Cour comme un maillon essentiel dans la réalisation du projet d’intégration continentale rêvé par les pères fondateurs de l’Union africaine ».

Représentant le Président du Gouvernement Révolutionnaire de Zanzibar L’honorable Haroun Ali Suleiman, a encouragé les pays membres à plus de créativité à l’issue de ces trois jours de réflexion. « Je vous invite à être francs dans vos délibérations, créatifs et innovants dans vos propositions de réformes. Je vous souhaite une délibération productive et j’espère sincèrement que vous ferez de la Cour, une fierté pour l’Afrique », a-t-il conclut.

Notons que de nombreux experts africains se sont réunis en vue de proposer des solutions pour répondre à cette problématique.

En prélude à cette conférence, une formation sur la Cour a été effectuée à l’intention des médias africains du 28 au 30 octobre dernier.

 Source: Evy D.

Alain Zadi