Côte d’Ivoire

Consolidation de la paix : Des jeunes filles formées à la politique et à l'action civile

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
consolidation-de-la-paix-des-jeunes-filles-formees-a-la-politique-et-a-l-action-civile Légende : Ce programme dénommé « Inspirantes » participe à la transformation des jeunes filles en catalyseur de paix.

Le premier Programme de coaching civil et politique des femmes leaders à l'endroit des jeunes filles a débuté ce jeudi 04 novembre 2021 en Côte d'Ivoire, dans les locaux du Conseil national des droits de l'homme (Cndh), à Cocody quartiers les II-Plateaux vallons.

Dénommé « Inspirantes », Ce programme s'inscrit dans le cadre de l'Initiative des jeunes (femmes et hommes) engagés pour la consommation de la paix (Ijep). Appuyé par le gouvernement ivoirien, il est soutenu par le système des Nations Unies et Care international, entre autres partenaires. A cet effet, ce programme de formation se veut une opportunité de partages d'expériences entre des femmes leaders et les jeunes filles en Côte d'Ivoire.

A l'ouverture, la ministre de la Solidarité et de la Lutte contre la pauvreté, Myss Belmonde Dogo, a salué ce programme conçu par l'Association des femmes juristes de Côte d'Ivoire (Afjci). « Ce programme, tel que conçu, vise à renforcer le leadership féminin, en impliquant les jeunes filles dans la promotion, la consolidation de la paix et la cohésion sociale, et revêt pour mon département ministériel un intérêt majeur », a-t-elle dit.

A en croire la ministre, le gouvernement ivoirien est convaincu que le ferment de la paix et de la cohésion sociale reste la solidarité qui elle-même est l'expression concrète de l'amour, gage de paix. « La paix est une quête perpétuelle et l'histoire de notre pays nous le démontre éloquemment », a-t-elle déclaré.

Poursuivant, Belmonde Dogo a tenu un discours pour inspirer les jeunes filles participantes. « La politique est un sacerdoce et la seule motivation doit être le bien-être des populations. La femme à sa place à côté de l'homme. À travail égal, la femme est meilleure », a martelé la ministre, en substance.

Pour sa part, la présidente de l'Afjci, Assa-Akoh Simone, les femmes ont un rôle à jouer dans le processus de paix en Côte d'Ivoire, à condition qu'elles bénéficient d'un appui et qu'on leur offre l'occasion de le faire. A cet effet, elle a attiré l'attention sur l'existence d'un déséquilibre entre les sexes. « Avec ce programme, des femmes leaders seront des mentors pour les jeunes filles au niveau civil et politique. J’invite les jeunes femmes sélectionnées à s'approprier ce programme », a-t-elle ajouté.

Le Cndh, quant à lui, s’est réjoui de l'initiative du programme « Inspirantes ». Notons que cette initiative qui s’achève le vendredi 5 novembre 2021, permettra de "transformer les jeunes filles en catalyseur de paix", défenseur des droits des femmes et parties prenantes au renforcement de la sécurité dans le pays.

Rappelons que la Côte d'Ivoire a été le premier pays africain a adopté en 2008 la résolution 1325 des Nations Unies portant sur le triptyque « femme, paix et sécurité ».

 

Mariam Coulibaly (Stg)