Bouaflé : Prestations de services

L’UNEPSE-CI assigne le conseil régional de la Marahoué en justice, près de 600 millions FCFA de factures impayées réclamés

Publié le
l-unepse-ci-assigne-le-conseil-regional-de-la-marahoue-en-justice-pres-de-600-millions-fcfa-de-factures-impayees-reclames Photo du président national de l'UNEPSE-CI.
Politique

Le torchon brûle depuis peu entre des membres de l’Union Nationale des Entrepreneurs et Prestataires de Services à l'État de Côte d'Ivoire (UNEPSE-CI) et l’actuel Conseil régional de la Marahoué. Un groupe d'entrepreneurs issus de cette organisation a assigné le Conseil régional en Justice pour le non-paiement des factures  des prestataires de services de l'ex-conseil régional de la Marahoué.

  Ces factures s’élèvent au total à 599.126.645 milliards FCFA dont les dossiers de neuf entreprises sur 33, évalués à 463.204.341 FCFA sont en ce moment-même pendant devant le tribunal de première instance de Bouaflé. Le Président national, Jean-Paul D.Tia  l’a signifié à la presse le vendredi 26 novembre dernier à Yamoussoukro lors d’un point de presse qu’il a animé. A travers cette assignation en justice, le Président veut mettre fin aux souffrances des familles des fournisseurs  qui sont disloquées dont les enfants ne vont plus à l’école. Et bien plus éviter de laisser mourir toutes ces entreprises créancières de plusieurs institutions bancaires. Cette plainte, selon lui, fait suite à la médiation du Ministre de l’administration du Territoire et de la Décentralisation, depuis le 18 août 2020 en plus du Ministre de l’intérieur et de la sécurité d’alors, sollicités par le président national de l’UNEPSE-CI dans cette affaire, pour une issue heureuse. Jean-Paul D.Tia déplore toutefois l’attitude des responsables du Conseil Régional actuel qui refusent de payer les factures  alors que le chef de l’Etat, Alassane Ouattara prône la promotion des PME. ‘’Cette situation inacceptable qui met en péril la compétitivité des entreprises est voulue par le président du Conseil régional actuel qui refuse les créances dument inscrites en annexe 04 page 13 des documents de la passation des charges en son temps dont copie a été mise à notre disposition par le président du Conseil régional sortant (voir CF annexe 01)’’ a précisé le président. ‘’L’objet de notre requête d’aujourd’hui en tant que président de notre organisation ne doit pas être vu comme un affront ni comme un manque de respect à qui que ce soit. Bien au contraire, nous sommes conscients et même très fiers du travail éléphantesque qu’abattent le président Alassane Ouattara et son équipe gouvernementale. Ce travail-là mérite d’être reconnu et soutenu. Cependant il est souvent bon et judicieux de parler sans passion aucune quand nos intérêts en présence en tant que leader d’organisations professionnels, creuset de plusieurs entreprises sont mises en péril. Nous voulons tout simplement interpeller le Ministre de l’intérieur et du développement local, le priant par la même occasion de jeter un coup d’œil salvateur sur la région de la Marahoué dont la nouvelle Direction s’obstine à ne pas reconnaître certaines dettes de fonctionnement contractées pendant la gestion de l’ex-conseil régional’’ a souligné le président. Si, Jean-Paul D. Tia a signifié que son organisation est éprise de paix et de dialogue il a toutefois laissé entendre qu’au regard à la douloureuse patience dont elle ne cesse de faire preuve et toutes ses démarches tant physiques qu’épistolaires qui sont restées vaines donnent obligation aux membres de cette structures de s’en remettre à la justice. Aussi le président de l’UNEPSE-CI a lancé un cri du cœur au Ministre de tutelle, le Ministre de l’Intérieur et du Développement local. ‘’Votre responsabilité sociétale est engagée et il vous faut absolument agir en acceptant d’être notre interprète auprès du Premier Ministre en vue d’un règlement définitif de ce dossier de la région de la Marahoué qui n’a que trop duré, toute tutelle que vous êtes’’ a-t-il mentionné.

  PAUQUOUD Charles Noël

Correspondant régional