Homosexualité : Les vérités du député Blessy Chrisostome qui enflamment la toile ivoirienne

Politique
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
homosexualite-les-verites-du-depute-blessy-chrisostome-qui-enflamment-la-toile-ivoirienne

Blessy Jean Chrysostome, député de Béoumi, (ville située au centre de la Côte d’Ivoire) a tenu des propos sur le projet de loi en rapport avec l’orientation sexuelle proposé à l’assemblée nationale, qui ont épaté la toile ivoirienne ce mercredi 1er décembre 2021.

La question de l’orientation sexuelle en Côte d’Ivoire fait l’actualité depuis quelques semaines dans le pays. Plusieurs organisations de la société civile et partis politiques ont donné leur avis sur ce projet de loi proposé à l'Assemblée nationale.

Le mardi 30 novembre 2021, lors de la rencontre plénière des députés dans le but de discuter sur cette question, l’honorable Blessy Jean Chrisostome, député de Béoumi a fait une intervention qui a été applaudie et par les députés, et par les internautes ivoiriens.

« La loi celle-là ce n’est pas une question de Rhdp, de Pdci ou bien autre chose, c'est de savoir simplement que la matrice essentielle de ce qui nous fait vivre ensemble qui est la conscience commune de tous les ivoiriens dans  notre identité profonde se trouve perturber par une notion qui est floue et qu'on veut nous imposer », a déclaré le parlementaire.

Il a par ailleurs expliqué que "la notion de l'orientation sexuelle est un fourre-tout, il y a tout dedans, l'homosexualité, la pédophilie, la zoophilie. Et on nous dit, si vous discriminez quelqu'un que lui-même a confessé être un homosexuel alors vous l'aurez discriminé et vous êtes passible de poursuite et de condamnation.  Un an à 2 ans de prison, 500.000 à  2.000.000 d'amende. Cela veut dire quoi. Que si vous êtes propriétaire d'une maison et que vous décidez de mettre la maison en location, vous savez que dans le quartier que X est un pédophile il se présente dans votre cour, dans une cour commune où il y a pleins d'enfants il veut prendre cette maison en location. Vous percevez le danger vous décidez de ne pas lui donner, vous le signifiez "vous êtes pédophiles, je ne peux pas vous donner ma maison en location", il va aller voir un juge parce qu'on a mis orientation sexuelle dans le texte. Ce texte remonte au niveau des normes qui sont acceptées par le droit (...) La loi dit qu'il faut protéger son orientation sexuelle, que le discriminer c'est une faute. Alors le juge vous condamnera pour n'avoir pas donné cette maison en location pour celui que vous connaissez comme un pédophile par rapport à vos enfants.

De la même façon monsieur le maire Assalé Tiemoko sera sollicité demain pour faire marier deux hommes ou deux femmes et qu'il refusera en se cachant derrière la loi, celui à qui on aura refusé le mariage pourra le poursuivre devant les tribunaux pour dire qu'il m'a discriminé », une intervention qui a réjoui plus d'un sur la toile.


Lors de cette rencontre plénière, le vice-président Adama Bictogo a souligné que pour lui, les élus du peuple ivoirien ne voteront en aucun cas une loi qui remettrait en cause les valeurs morales et culturelles.

Au sortir de cette réunion, le texte a été retiré des textes selon le député Blessy Chrysostome. « Qu’est ce qui a été voté à l'Assemblée nationale.  C'est un texte dans lequel ne figure pas le point sur l'orientation sexuelle. On ne légalise pas en Côte d'Ivoire une homosexualité, il n'y a qu’une seule norme ».

Sandra Kohet