Côte d’Ivoire : Sévérin Nandjui Djorogo (Chef d’Anono) :« Voici pourquoi je suis allé chez le président Gbagbo»

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-severin-nandjui-djorogo-chef-d-anono-voici-pourquoi-je-suis-alle-chez-le-president-gbagbo
Politique

Nandjui Djorogo Séverin, chef du village d’Anono s’est rendu chez le président Laurent Gbagbo le 3 décembre 2021. Il était accompagné de certains membres de sa notabilité et de plusieurs villageois. A la fin, le chef Nandjui Djorogo Sevérin a dévoilé les raisons de sa visite au président Laurent Gbagbo.

« C’est d’abord un sentiment de joie de le revoir avec toute sa forme, il a toutes ses facultés en place : facultés morales comme facultés physiques. On l’a rencontré d’abord, parce que dès son retour il y a eu beaucoup d’incompréhensions. Nous les chefs qui sommes les garants des us et coutumes et en même temps les garants de la tradition et de la cohésion sociale, il fallait forcément qu’on parte le rencontrer et parler de la cohésion.

Aujourd’hui, au nom du peuple Atchan et du peuple d’Anono, nous avons rencontré le président d’abord pour s’enquérir de ses nouvelles, et après les nouvelles, lui donner véritablement le bâton de pèlerin pour parler de l’unité, la cohésion et la paix. Pourquoi? Parce que lui, le président Bédié, le président Alassane Ouattara, le président de la République, véritablement s’ils se mettent ensemble et disent seulement un seul mot, je pense que la Côte d’Ivoire sera guérie. Donc aujourd’hui nous, en tant que chefs traditionnels, ses conseillers, garants des us et coutumes, officiellement, nous sommes venus lui dire de parler pour que la Côte d’Ivoire soit guérie.  

Le président Gbagbo a dit qu’il se met à nous accompagner et à se mettre à la tache pour la cohésion et l’unité nationale. Il dit qu’il est là, il est disponible. Nous, en tant que chefs coutumiers, si besoin se fait sentir, il peut avec nous faire des tournées de réconciliation et de paix. Voilà le message pour dit qu’il s’inscrit sur le chemin de la paix et de la cohésion sociale. Après cette rencontre, j’irai rencontrer le président Henri Konan Bédié. Après le président Henri Konan Bédié, j’irai voir le président Alassane Ouattara pour qu’on s’assèye et parler de la paix. Si les trois grandes figures ivoiriennes s’asseyent et acceptent de dire seulement un mot, je pense que la Côte d’Ivoire sera guérie.

Le message que je veux faire passer, c’est que véritablement, on se mette ensemble, on a un seul pays. Oui, je disais comme ça, certains se plaisent dans le désordre mais nous, ça ne nous ressemble pas. On ne se plaît pas dans le désordre. On souhaite qu’il y ait la cohésion et l’unité pour la nation ivoirienne. C’est ce que je peux dire. Il faut qu’on se mette ensemble et penser à la cohésion sociale.

Propos retranscrit par Elvis GOUZA