Côte d’Ivoire : L’Union des Jeunes Soroïstes se réorganise et se fixe un nouvel objectif

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-l-union-des-jeunes-soroistes-se-reorganise-et-se-fixe-un-nouvel-objectif Assemblée générale de l'Union des Jeunes Soroïstes
Politique

A la faveur de la reprise de ses activités politiques sur le terrain après une année de silence, le président de l’union des jeunes soroïstes (UJS) Prince Doumbia alias Facoly a annoncé la dissolution du bureau national de cette union. C’était le samedi 4 décembre au siège de l’UJS à Attécoubé. Il a été mis en place un conseil de stratégie politique. Lequel aura à plancher sur la mise en place de commissions spécifiques et urgentes.

C’est devant l’ensemble des membres du bureau national venus des quatre coins y compris du centre de la Côte d’Ivoire que Prince Doumbia a prononcé la dissolution du bureau national. Selon le président de l’Union des jeunes soroïstes, cette reprise, placée sous le sceau de la réconciliation, s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle orientation. Le conseil de stratégie politique devra dans l’urgence réfléchir sur les actions à mener au niveau de l’éducation nationale et la santé publique. En ce qui concerne l’éducation nationale, UJS compte initier un festival scolaire. Tout ce maillage vise à aider leur mentor, Guillaume Soro à accéder au pouvoir d’Etat.

Pour Prince Doumbia, il est prévu au cours des premières actions, la formation des membres de UJS. « Notre objectif c’est de travailler sur le terrain en Côte d’Ivoire de sorte qu’on puisse lui (Ndlr, Soro) produire un rapport quand il rentrera au pays », a-t-il dit. Assurant que « le président Soro est un leader charismatique, il va diriger la Côte d’Ivoire tôt ou tard ». La cérémonie de reprise des activités a donné lieu aux membres de UJS de développer des pensées d’hommes politiques écrivains. Il s’agit entre autres de la pensée de Guillaume Soro qui stipule qu’ «Il n’y a pas d’avenir prospère si les jeunes et les femmes ne s’accordent pas à décider ensemble» développer par Zana Soro.

Quant à Zeinab Ayoub, vice-présidente de UJS, elle a eu la responsabilité d’approfondir la citation de l’ancien président français, Jacques Chirac ui dit que « lorsque j’engage un combat, il ne me vient pas à l’idée que je puisse le perdre’’. La dernière pensée « Je vois beaucoup qui ont la maturité politique mais n’ont pas la maturité humaine » de l’écrivain français Jean Rostand a été l’affaire de Kokorey Nathan. Pendant ce temps, Guillaume Soro continue depuis son exil d’appeler les dirigeants à être gagnés par l’esprit de justice. « Prions pour que les dirigeants du monde progressent de plus en plus vers la justice, et vers la clairvoyance pour discerner ce qui est important ».

Sercom