Côte d'Ivoire

Impunité après la crise de 2010 : La Fidh invite la Côte d’Ivoire à se ressaisir avant les élections de 2025

Publié le
impunite-apres-la-crise-de-2010-la-fidh-invite-la-cote-d-ivoire-a-se-ressaisir-avant-les-elections-de-2025 Pour la Fidh, le Midh et la Lidho, la réconciliation ne peut être réussie en Côte d’Ivoire sans la prise en compte véritable des victimes.
Politique

La Fédération internationale pour les droits humains (Fidh) a dénoncé l’impunité des auteurs des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire. Pour elle, les auteurs de crimes ne doivent pas rester en liberté pendant que leurs victimes continuent de souffrir sans réparation.

La Fidh a effectué, conjointement avec la Ligue ivoirienne des droits de l’Homme (Lidho) et le Mouvement ivoirien des droits humains (Midh), une mission de plaidoyer sur la situation des droits humains en Côte d’Ivoire, du lundi 06 au vendredi 10 décembre 2021.

Au terme de sa mission, la Fidh a animé une conférence de presse à Abidjan-Cocody, pour livrer ces observations. Me Alexis Deswaef, vice-président de la Fidh, a dressé un tableau sombre des droits humains en Côte d’Ivoire, particulièrement des victimes de la crise.

Victimes abandonnées

Le chef de la mission du Fidh s’est indigné contre le mauvais traitement des victimes qui ne sont pas impliquées dans la réconciliation en Côte d’Ivoire.

 

Selon lui, il ressort de ces rencontres avec des membres du gouvernement, la justice, les ambassadeurs de l’Union européenne, entre autres, que les victimes de la crise sont abandonnées.

Impunité totale

 

Me Alexis Deswaef a regretté que les auteurs de crimes soient toujours impunis là où le procès d’un certain Amadé Ourémi, ex chef rebelle dans l’ouest du pays, a été expéditif. Il a été condamné seul le 15 avril 2021 par le tribunal d’Abidjan-Plateau.

 

Me Alexis Deswaef a souligné un point. « Au niveau international, l’acquittement confirmé en appel le 31 mars 2021, de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de son ministre Charles Blé Goudé par la Cour pénale internationale (Cpi), a consacré l’impunité totale désormais accordée aux auteurs des crimes de la crise postélectorale de 2010-2011 en Côte d’Ivoire », a relevé le chef de délégation.

« Les plus hauts responsables de ces crimes ne seront probablement jamais inquiétés »

Il a également ajouté : « L’acquittement des deux seuls suspects poursuivis devant la Cpi signifie que les plus hauts responsables de ces crimes, tant parmi les pro-Gbagbo que les pro-Ouattara, ne seront probablement jamais inquiétés ». La Fidh, le Midh et la Lidho ont estimé que l’Etat ivoirien et la Cpi ont failli à leurs obligations.

 

Le vice-président de la Fidh a attiré l’attention sur le fait que la Côte d’Ivoire doit vite se ressaisir avant les élections de 2025, pour éviter une nouvelle crise. 

Appel au gouvernement

Me Alexis Deswaef, vice-président de la Fédération internationale pour les droits humains (Fidh), a envoyé un message au gouvernement ivoirien. « Plus d’une décennie plus tard et avec la reconfiguration du paysage politique en amont des élections de 2025, les victimes ivoiriennes sont laissées pour compte, l’extrême majorité n’ayant reçu ni justice ni réparation. Le gouvernement doit garantir que les victimes et survivants des deux dernières crises électorales ne soient pas laissées au bord de la route dans le chemin vers la réconciliation, car la réconciliation ne peut être réussie sans elles », a-t-il martelé.

Eddy BIBI