Dialogue Politique : Voici pourquoi le parti politique de Blé Goudé était absent

Publié le Modifié le
dialogue-politique-voici-pourquoi-le-parti-politique-de-ble-goude-etait-absent Mamadou Touré, porte-parole du gouvernement (PhDr).
Politique

Le conseil des ministres de ce mercredi 22 décembre 2021 a été l’occasion pour le porte-parole du gouvernement, en l’occurrence le ministre Mamadou Touré, d’expliquer l’absence de certains partis politique au dialogue politique.  

Le ministre de la Promotion de la jeunesse de l'insertion professionnelle et du service civique, Mamadou Touré était face à la presse pour faire le compte rendu du conseil des ministres. A cette occasion, il a expliqué pourquoi certains partis politiques étaient absents à l’instar du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep).

Les partis politiques présents au dialogue politique

Répondant à la question relative à l’absence du parti politique de Charles Blé Goudé, Cojep, au dialogue politique, Mamadou Touré a laisse entendre que le ministère de l’Intérieur qui a à charge le dialogue direct avait l’habitude de convier certains partis politiques traditionnels et des groupements de partis à ces échanges. Depuis près de 9 ans que ça dure. Et que certains groupements étaient représentés par des partis politiques.

 

« Le ministère de l’intérieur qui coordonne les activités de ce dialogue politique a invité les partis politiques ou les groupements de partis qui ont pris l’habitude de prendre part à ce dialogue politique. Vous prenez donc un parti comme le Fpi d’Affi N’Guessan, il participe à ce dialogue aussi bien au titre du Fpi qu’au titre de l’AFD qui est un groupement de partis. Et donc justement quand un parti politique représente un groupement de partis, nous considérons qu’ils sont pris en compte dans les préoccupations qui sont soumises » a-t-il justifié.

 

Avec le grand nombre de partis politiques existants en Côte d’Ivoire, Mamadou Touré estime qu’il serait difficile que tous tiennent autour de la table des discussions. Toutefois, la réflexion est menée sur la question de la participation de ces partis politiques au dialogue politique.

« Maintenant, on peut se réjouir de l’intérêt que certains partis politiques portent à ce processus. Je vais rappeler que nous avons plus de 200 partis politiques en Côte d’Ivoire. Si tous ces 200 devaient se retrouver sur la table des discussions, vous convenez avec moi qu’on aurait quelques difficultés. Donc c’est bien qu’on a des partis politiques traditionnelles et qu’on est des groupements de partis politiques. Mais ceci étant, les requêtes des partis, qui veulent participer aux processus de dialogue politique, sont en analyse actuellement au ministère de l’Intérieur qui après analyse donnera une suite à ces requêtes » a ajouté le ministre de la Promotion de la jeunesse.

Le report du dialogue politique

La presse s’est faite l’écho de certains membres de l’opposition qui accusaient le parti au pouvoir à savoir le Rhdp d’être à l’origine du report du dialogue politique. Une assertion qui est démenti par le porte-parole du gouvernement. Il précise même que c’est plutôt le contraire.

 C’est surprenant puisque la demande de report vient de l’opposition

« C’est surprenant puisque la demande de report vient de l’opposition » a-t-il déclaré avant de poursuivre en ces termes « selon la méthodologie qui a été établie, le gouvernement avait laissé jusqu’à lundi à l’ensemble des participants, partis politiques et sociétés civiles, à l’effet de faire parvenir au gouvernement leurs termes de référence, notamment les points qu’ils voudraient voir discuter ».

Insistant, Mamadou Touré indique que « c’est bien l’opposition et certains partis qui ont demandé le report et le gouvernement a accédé à leur demande. Un délai supplémentaire a été donné jusqu’au 27 décembre 2021 et on espère que dans ce délai, toutes les parties pourront faire parvenir au gouvernement les éléments nécessaires ».

Alain Zadi

Vidéo