Côte d'Ivoire

Politique : Avant sa nomination au Conseil de l’Entente, voici où Ouattara voulait envoyer Marcel Amon Tanoh

Publié le
politique-avant-sa-nomination-au-conseil-de-l-entente-voici-ou-ouattara-voulait-envoyer-marcel-amon-tanoh Alassane Ouattara et Marcel Amon Tanoh
Politique

Le président de la République Alassane Ouattara a fait nommer Marcel Amon Tanoh, son ancien ministres des affaires étrangères, secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente. Avant cela, Ouattara voulait plutôt trouver un autre emploi à l’international pour Marcel Amon Tanoh. Révélations.

Selon une information de Jeune Afrique, reprise par la plupart des organes de la presse locale, le président Alassane Ouattara envisageait envoyer Marcel Amon Tanoh à l’ONU. Pour que ce dernier occupe un siège loin de la Côte d’Ivoire. Malheureusement, ce projet a commis des difficultés exogènes.

Marcel Amon Tanoh était pressenti pour représenter la Côte d’Ivoire à l’ONU

Jeune Afrique révèle que Alassane Ouattara avait du mal à pardonner à son ministre des Affaires Étrangères qui avait rejoint l’opposition à l’orée de l’élection présidentielle d’octobre 2020. Après la débâcle de l’opposition suite à l’échec de la désobéissance civile, Marcel Amon Tanoh sollicite et obtient une audience auprès du chef de l’Etat qu’il avait pourtant brocardé en octobre 2020 lors d’un meeting au stade Félix Houphouët-Boigny.

Objectif : négocier un poste pour Marcel Amon Tanoh

« Au départ, Ado semblait plutôt réticent à lui pardonner. Mais en juillet dernier, il l’avait finalement reçu en audience et Marcel Amon Tanoh s’était excusé. Puis, en septembre, en marge de l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies, à New York, Alassane Ouattara avait dépêché Kandia Kamissoko Camara, sa ministre des Affaires Etrangères auprès d’Antonio Guterres, le secrétaire général de l’Onu. Objectif : négocier un poste pour Marcel Amon Tanoh » a écrit Jeune Afrique.

Pour parfaire les choses, Alassane Ouattara avait même sollicité l’appui de la France pour qu’elle intercède auprès de l’Onu afin de trouver un poste à Marcel Amon Tanoh avec pour résidence aux Etats-Unis. Plusieurs autres autorités étaient également sollicitées. Mais les choses piétinaient.

Ouattara voulait maintenir Amon Tanoh dans le système onusien

Après cela, Ouattara a voulu également faire de Marcel Amon Tanoh, le représentant spécial du secrétaire général de l’Onu pour l’Afrique centrale. Mais là encore, le président ivoirien a échoué parce que ce poste est déjà occupé par l’ancien Premier ministre guinéen François Louncény Fall qui n’entend pas céder son fauteuil.

Ayant échoué une fois encore, à trouver un poste dans le système Onusien, Alassane Ouattara propose enfin (à son corps défendant) Marcel Amon Tanoh comme Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente dont le siège se trouve à Abidjan.

Ouattara voulait coûte que coûte faire partir Amon Tanoh d’Abidjan

Si Alassane Ouattara a fait tous ces mics macs, son objectif était d’enlever Marcel Amon Tanoh d’Abidjan comme il l’a fait pour plusieurs personnalités jugées plus ou moins gênantes. On peut citer les généraux Philippe Mangou (ambassadeur de la Côte d’Ivoire au Gabon), feu général Edouard Tiapé Kassaraté (nommé ambassadeur au Sénégal), Souleymane Kamaraté alias Soul To Soul (protocole de Guillaume Soro) nommé ambassadeur en Italie, mais ce dernier avait décliné sa nomination. Finalement, Marcel Amon Tanoh n’a pas connu le syndrome Mangou et Kassaraté.


Elvis GOUZA