Sanctions contre le Mali : le PPA-CI s’insurge contre l’usage de la force et l’instrumentalisation des institutions financières

Publié le Modifié le
sanctions-contre-le-mali-le-ppa-ci-s-insurge-contre-l-usage-de-la-force-et-l-instrumentalisation-des-institutions-financieres Le PPA-CI observe que les sanctions de la Cedeao visent plutôt le peuple malien et non la junte au pouvoir (PhDr).
Politique

Le Parti des peuples africains Côte d’Ivoire (PPA-CI) par la voix de son porte-parole a jugé inacceptable les sanctions émises par la Cedeao à l’encontre de la République du Mali.

A travers un communiqué, le PPA-CI s’est prononcé sur les cinq (5) sanctions que la Cedeao a prises pour punir la junte au Mali. Il est reproché à la junte au Mali de n’avoir pas respecter les délais pour la tenue d’élection. Ceci, dans le but de céder le pouvoir aux civiles.


Le parti de Gbagbo estime que les sanctions économiques de la Cedeao frisent de l’instrumentalisation. Ainsi, le ministre Justin Koné Katinan s’inquiète « de la tendance de plus en plus affirmée d’instrumentaliser les banques centrales, notamment la BCEAO dont est membre le Mali, à des fins de règlement de crises politiques internes aux Etats ».

En ce qui concerne l’usage de la force, le porte-parole du PPA-CI Justin Koné Katinan explique qu’agir par la force donnerait plus de poids aux djihadistes qui rôdent dans la région du Mali.

Le PPA-CI constate que les sanctions énoncées le sommet de la Cedeao visent finalement le peuple malien 

« En ce qui concerne le cas particulier du Mali, où les forces de défense et de sécurité font face à la guerre que leur impose les djihadistes, déclarer une autre guerre à ces forces n’est qu’une forme d’aide directe apportée aux vrais ennemis de ce pays et de la sous-région que sont les djihadistes. Le PPA-CI constate que les sanctions énoncées le sommet de la Cedeao visent finalement le peuple malien » a-t-il déclaré.

Les propositions du PPA-CI

Le nouveau parti de Laurent Gbagbo a pris sept (7) résolutions vis-à-vis du Mali. Il « se tient fermement aux côtés du peuple frère du Mali à qui il exprime toute sa solidarité ; trouve excessives et impertinentes par la Cedeao contre le peuple malien ; encourage la Cedeao à continuer plutôt dans la voie du dialogue avec les autorités du Mali afin de trouver une solution définitive à la longue crise qui prévaut dans le pays et ce, dans l’unique du peuple malien ; trouve particulièrement inacceptable et dangereuse l’instrumentalisation des institutions monétaires et bancaires communautaires pour régler des questions politiques internes aux pays membres. »

De plus, le PPA-CI « envisage d’envoyer, dès que possible, une mission d’information au Mali et en Guinée afin de mieux s’imprégner de la situation qui prévaut dans chacun des deux pays frères ; se dispose à accompagner toute approche de règlement pacifique de la crise au Mali ; invite la Cedeao à observer une rigueur dans le respect des principes démocratiques conformément au protocole ci-dessus rappelée afin de prévenir les crises répétitives dans son espace et reste saisi de la question du Mali. »

A.Z.