Diplomatie: La CEDEAO exhortée à promouvoir le dialogue pour résoudre la crise du Mali

Publié le Modifié le
diplomatie-la-cedeao-exhortee-a-promouvoir-le-dialogue-pour-resoudre-la-crise-du-mali La présidente du Groupe de travail femmes, jeunes, paix et sécurité en Afrique de l’ouest (GTFJPS-AOS), Mme Diallo Geneviève, l
Politique

La présidente du Groupe de travail femmes, jeunes, paix et sécurité en Afrique de l’ouest (GTFJPS-AOS), Diallo Geneviève a exhorté la CEDEAO à continuer de promouvoir le dialogue avec les autorités maliennes afin de trouver une solution pour sortir ce pays de la crise.

La présidente du (GTFJPS‑AOS) a fait cette déclaration le lundi 17 janvier 2022 à Abidjan suite aux sanctions économiques et financières prises par les chefs de l’Etat de la CEDEAO et de l’Union économique monétaire ouest africaine (UEMOA) à l’encontre du Mali, lors de leurs sommets extraordinaires tenus à Accra le 9 janvier 2022.

Mettre en avant l’intérêt du peuple malien

Selon la présidente du Groupe de travail, ce dialogue entamé par les deux parties épargnera au peuple Malien ” les souffrances et les conséquences dramatiques qui pourraient découler de ces sanctions”.

Elle a demandé à la CEDEAO, à l’UEMOA et au Mali de mettre en avant l’intérêt du peuple malien dans leurs diverses interactions et décisions. Aussi, les a-t-elle priées d’adopter en collaboration avec leurs partenaires, des stratégies et mesures d’ordre humanitaire à l’endroit des populations qui sont les premières victimes.

Initier des discussions dont les conclusions et recommandations pourraient servir à mieux accompagner ce pays

Son Groupe de travail comprenant 17 pays d’Afrique recommande également que le Conseil des sages de la CEDEAO soit mandaté par les chefs de l’Etat pour se pencher sérieusement sur la question du Mali en initiant des discussions dont les conclusions et recommandations pourraient servir à mieux accompagner le pays.

Mme Diallo a vivement recommandé l’inclusion significative des femmes et des jeunes dans les processus de médiation et de négociation pour une résolution holistique de la crise en tenant compte des aspirations de toutes les composantes de la société malienne.

Sanctions de la CEDEAO contre le Mali

Rappelons que les pays de la CEDEAO avaient décidé de geler les avoirs maliens au sein de la Banque centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), de fermer les frontières entre le Mali et les États membres de l’organisation. Mais aussi de suspendre les transactions avec Bamako, à l’exception des produits médicaux et des produits de première nécessité.

L’organisation sous régionale avait également décidé de retirer les ambassadeurs de tous les pays membres du Mali ainsi que d’autres sanctions concernant l’aide financière.

Entérinant les décisions prises par l’UEMOA, ces sanctions étaient une réponse au retard pris dans la tenue des élections après une transition de 18 mois. Décisions que le gouvernement malien a aussitôt dénoncées.

Le GTFJPS-AOS est une plateforme multi-acteurs dont la mission principale est d’œuvrer pour veiller, suivre et évaluer la mise en œuvre effective des résolutions du Conseil de sécurité des Nations-Unies relatives aux femmes, aux jeunes, à la paix et à la sécurité.

Mariam Coulibaly (Stg)

Vidéo