Côte d'Ivoire

Simone Gbagbo crache: «La constitution de 2016 est la source de la crise du 3è mandat de Ouattara »

Publié le Modifié le
simone-gbagbo-crache-la-constitution-de-2016-est-la-source-de-la-crise-du-3e-mandat-de-ouattara Simone Gbagbo crache
Politique

L’ancienne Première Dame de Côte d’Ivoire Simone Ehivet Gbagbo a animé un point de presse ce mercredi 19 janvier 2022. Face aux médias, elle a ouvertement pris à contre pied les propos du Procureur Adou Richard qui soutenait mordicus que les leaders de l’opposition sont responsables de la crise post-électorale de 2020

Le procureur de la République Adou Richard a animé une conférence de presse le 27 décembre 2021 au tribunal d’Abidjan-Plateau où il accusait Simone Gbagbo et bien d’autres cadres de l’opposition d’être à la base des violences survenues avant, pendant et après la présidentielle d’octobre 2020.

Pour Simone Gbagbo, cette thèse défendue par le procureur Adou Richard est loin d’être la vérité. Pour elle, la constitution de 2016 est la source de la crise « du troisième mandat de d’Alassane Ouattara ». Elle a propose alors que la Côte d'Ivoire soit dotée d'une nouvelle Constitution.

Les vérités de Simone Gbagbo

« Le troisième mandat consécutif à l'élection présidentielle de 2020. En la matière, l'interprétation de la constitution a créé de graves controverses au sein de la communauté des juristes et dans la société ivoirienne. Cette Constitution n'est pas consensuelle puisqu'elle a exacerbé les tensions et divisé davantage les populations. Comment une loi fondamentale aussi "conſligène" peut-elle garantir la paix sociale que tous recherchent ?» s’est interrogée Simone Gbagbo.

Le gouvernement prendra les dispositions idoines afin que la nouvelle loi fondamentale soit votée par voie référendaire

Dès lors, préconise-t-elle, il est impérieux de se doter d'une autre constitution dont la rédaction bénéficierait de l'expertise et de la sagesse d'une bonne équipe de juristes, de politiques, de religieux, d'intellectuel, d'hommes d'affaires de chefs coutumiers représentants les quatre (04) grands groupes ethnolinguistiques du pays (Akan, Gur, Mandé et Krou).« Le gouvernement prendra les dispositions idoines afin que la nouvelle loi fondamentale soit votée par voie référendaire» a clamé l’épouse légale du président Laurent Gbagbo. « Ainsi, cette constitution consensuelle rassemblera les peuples de la Côte d'Ivoire et sera le gage d'un nouveau contrat social» a justifié l’ex-présidente du groupe parlementaire FPI.  

Les organisations et mouvements présents au point de presse de Simone Gbagbo

Il faut savoir plusieurs organisations ont pris part à ce point de presse. On peut citer le Mouvement des Générations Capables (M.G.C.), le Parti Ivoirien des Travailleurs (P.I.T.), l'Alliance Ivoirienne pour la République et la Démocratie (A.I.R.D.), l'Union des Socio-Démocrates (U.S.D.), le Parti Communiste Révolutionnaire de Côte d'Ivoire (P.C.R.C.I.), le Parti Ivoirien du Peuple (P.I.P.), Pour la Côte d'Ivoire (P.C.I.) et Alternative Citoyenne Ivoirienne (A.C.I.).