Politique sous-régionale: Un prêtre catholique dévoile les aspirations de la jeunesse africaine; ce qu’il dit de la situation au Mali

Publié le Modifié le
politique-sous-regionale-un-pretre-catholique-devoile-les-aspirations-de-la-jeunesse-africaine-ce-qu-il-dit-de-la-situation-au-mali La jeunesse africaine ne veut plus rester passive, selon père Donald Zagoré. (Ph: DR)
Politique

Père Donald Zagoré, prêtre catholique de la Société des missions africaines (SMA), dans cette contribution, parle de l’éveil des consciences de la jeunesse africaine. Ce qu’il dit de la situation au Mali.

Tout ce remue-ménage politique qui agite la sous-région est purement et simplement l'expression d'une jeunesse africaine en quête d'un nouvel ordre politique.

Nouvel ordre politique

La jeunesse africaine est en quête d'un nouvel ordre politique plus soucieux de ses aspirations et plus respectueux de sa dignité et de sa liberté. Elle aspire à un nouvel ordre politique qui pourra véritablement et courageusement porter son espérance, lui offrir des conditions de vie beaucoup plus propices à son épanouissement et à son développement dans une dynamique holistique.

"La jeunesse a été pendant trop longtemps nourrie aux résidus de la démocratie"

Le triste constat est que la jeunesse ne croit plus aux instruments classiques de la démocratie. Elle a été pendant trop longtemps nourrie aux résidus de la démocratie.

La démocratie en Afrique

Ce n'est un secret pour personne, la démocratie telle que pratiquée sous les tropiques se résume au mensonge, à la corruption, au vol du denier public, au tripatouillage des Constitutions, à l'instrumentalisation de la justice, à l'usage abusive de la violence d'État, le tout moulue dans une soumission esclavagiste de nos chefs d'États au colon, transformant l'exercice du pouvoir d'État à un ensemble de procédés visant à satisfaire les intérêts de ce dernier au détriment du peuple.

«Plus rien ne sera comme avant»

Il faudra bien accepter le fait qu'un monde ancien est en train de mourir et qu'un monde nouveau est déjà né. Qu'est-ce qu'il en sera de demain ? Personne ne peut le dire, mais une chose est certaine, plus rien ne sera comme avant.

"Un peuple qui aspire à la liberté n'a rien à foutre avec ces histoires d'embargo"

C'est pourquoi à l'heure actuelle des choses, penser trouver des solutions dans des sanctions méprisantes et humiliantes des peuples par des individus se croyant au dessus des peuples serait bien évidemment comme vouloir vider la mer de son eau pour la déverser dans un puits.

Car comme dit l'adage, "ventre creux n'a point d'oreilles". Il faut le dire haut et fort, un peuple qui aspire à la liberté n'a rien à foutre avec ces histoires d'embargo.

La situation au Mali

Personne ne peut nier le fait qu'un pouvoir démocratique repose sur la volonté du peuple. Et que cette volonté du peuple se manifeste lorsqu'elle est médiatisée par des consultations telles que les élections et les référendums. Toutefois, il convient de reconnaître que les élections ou les référendums doivent être organisés dans des conditions garanties par des critères démocratiques fondamentaux que sont: la participation de tous, la sécurité, et que ces consultations soient libres et transparentes. C’est à ce prix que nous pouvons parler d'élections crédibles et démocratiques.

Malheureusement, dans la résolution des crises politiques en Afrique, il y a de plus en plus une instrumentalisation malsaine, voire diabolique du principe électoral comme condition sine qua non de sortir de crise. Il faut le dire haut et fort, une élection n'apporte pas la paix. Et ce n'est pas parce que quelque-uns ont voté qu'il y a élection.

"On a finit par faire de l'absurde, la norme"

Mais comme de plus en plus sous nos tropiques, nos élections souffrent de crédibilité, et qu'elles ne répondent parfois à aucune règle démocratique, mais que des présidents en sont sortis quand même, on a fini par faire de l'absurde la norme.

L’échéance de la transition

Si nous voulons être sérieux avec ce qui se passe au Mali. L'échéance de la transition ne doit pas être conditionnée par un délai, mais par une condition: la paix et la sécurité au Mali et cela passe par la souveraineté totale du Mali.

"Que l'Ecomog et toutes autres forces armées cessent d'être des forces de chantage et d’aliénation"

Alors, que l'UA (Union africaine) et la CEDEAO (Communauté économique de l’Afrique de l’Ouest) envoient leurs puissances militaires au Mali pour aider l'armée malienne à libérer le nord du pays du pouvoir des terroristes, afin de favoriser une élection transparente, crédible et sécurisée dans les délais que ces institutions auront prescrit. Si tel n'est pas le cas, que l'Ecomog et toutes autres forces armées cessent d'être des forces de chantage et d'aliénation aux ordres de l'éternel colon qui ne veut que détruire pour sécuriser ses intérêts.

P. Donald Zagore SMA

Vidéo