Côte d'Ivoire

Ouattara, Bédié, Gbagbo, ces trois grands qui refusent la retraite politique

Publié le Modifié le
ouattara-bedie-gbagbo-ces-trois-grands-qui-refusent-la-retraite-politique Les candidatures de Ouattara, Bédié et Gbagbo ne sont pas à exclure en 2025
Politique

À trois ans de la prochaine élection présidentielle en Côte d'Ivoire, les différents états-majors des partis politiques  semblent davantage miser sur leur leader historique, laissant craindre un remake de la présidentielle d’octobre 2010.

La place publique de Mama a refusé du monde, le samedi 5 février 2022. Jeunesse et Femmes du Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI) se sont déplacés en masse pour rendre un hommage mémorable à leur leader historique, Laurent Gbagbo, rentré d’exil, le 17 juin dernier après une décennie de périples judiciaires devant la Cour pénale internationale. De la tribune,  Justin Koua, chef file de la jeunesse du PPA-CI multiplie les paroles élogieuses à l’endroit du compagnon de Nady Bamba.

"Vous êtes notre candidat en 2025 et nous battrons le pavé pour vous ramener au pouvoir"

«  La mission de la génération 2010, que nous sommes, était de vous faire revenir et nous sommes heureux de votre retour. Les jeunes de Côte d’Ivoire sont prêts pour vous, pour vous magnifier. Nous sommes d’accord avec le PPA-CI et nous sommes de corps avec votre nouveau parti. Au moment où nous allons au congrès bientôt, toute l’équipe de la jeunesse est à votre disposition pour mener le combat de la lutte pour la souveraineté et le panafricanisme. Excellence M. le Président Laurent Gbagbo, vous êtes notre candidat en 2025 et nous battrons le pavé pour vous ramener au pouvoir », lâche-t-il, salué par un tonnerre d'applaudissements.

Laurent Gbagbo n’exclut par une candidature à la présidentielle de 2025

Laurent Gbagbo n’exclut pas une candidature à la prochaine élection présidentielle en Côte d’Ivoire. L’époux de Simone Ehivet l’a déjà signifié dans une interview accordée au média France 24 au lendemain de son retour au pays. Au sein du PPA-CI, l’hypothèse d’une non-candidature de Laurent Gbagbo est tout simplement inenvisageable.

"parce qu’on lui (Laurent Gbagbo) a arraché le pouvoir en 2011. Il doit le reprendre en 2025"

Tous les regards sont tournés vers l’ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen à La Haye.

Et Katinan Koné, l’ancien ministre ivoirien du budget et membre influent de l’entourage de l’ex-président ne cesse de le réitérer à chacune de ses sorties. « Le PPA-CI a une autre dimension panafricaine et nous devons tout faire pour que le PPA-CI gagne partout en Côte d’Ivoire, parce qu’on lui (Laurent Gbagbo) a arraché le pouvoir en 2011. Il doit le reprendre en 2025″, déclarait-il face aux militants de Port-Bouët en janvier dernier.

Ce qui se passe au PDCI et au RHDP

De l’autre côté, notamment au Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA de l’ancien président Henri Konan Bédié et au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), les choses bougent également dans le même sens.

"Les jeunes savent que c’est pour eux que je me présente"

L’on se souvient que Jean Louis Billon, promoteur du projet d'un renouvellement générationnel au sein du vieux parti, s'est attiré la foudre de la vieille garde du PDCI-RDA. Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du parti septuagénaire est d’ailleurs en campagne pour le plébiscite du Sphinx de Daoukro, au prochain bureau politique du parti.

Et l’idée semble-t-il n'est pas fait pour déplaire à Henri Konan Bédié.

« Les jeunes savent que c’est pour eux que je me présente. C’est pour qu’ils aient accès à tous les postes de gestion de la nation ivoirienne. Donc, ma mandature sera consacrée à mieux les préparer, les former à assumer ces responsabilités, dans tous les secteurs », confiait Bédié, 87 ans, à qui voulait l’entendre. Dans cette nouvelle aventure, le natif de Daoukro peut évidemment compter sur l’onction des jeunes et femmes de son parti.

Tous s'opposent au projet de  limitation de l’âge des candidats à la présidentielle

Seule alternative susceptible d’imposer une retraite politique à ces trois grands de la politique, c’est sans doute la réintroduction dans la constitution ivoirienne de la limitation de l’âge à 75 ans des candidats à l’élection présidentielle. Laurent Gbagbo (77 ans), Alassane Ouattara (80 ans) et Henri Konan Bédié (88 ans), seraient alors tous disqualifiés de la course.

Mais ce projet de modification constitutionnelle, initialement évoqué par le président Ouattara se heurte à un refus catégorique des proches de Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié et même dans le camp présidentiel en témoigne la dernière sortie du ministre Cissé Ibrahima Bacongo, cadre influent du parti présidentielle.

«  Ceux qui peuvent diriger le pays comme le président Alassane Ouattara ne sont pas beaucoup. Si on n’a pas quelque de sa trempe, on aura affaire à un président par défaut », lâchait-il dernièrement.

Arguant son opposition à la limitation des mandats.

"Il convient d’abroger la limitation de la durée du mandat présidentiel et de revenir à l’ancienne"

« Il convient d’abroger la limitation de la durée du mandat présidentiel et de revenir à l’ancienne rédaction de la disposition traitant cette question telle que résultant de la constitution de 1960 », a en substance indiqué M. Cissé soulignant avoir « bien conscience du risque de polémique attaché à cette proposition », qui si elle est adoptée, devra faire l’objet de sensibilisation.

Vidéo