Menace terroriste / L’armée en alerte maximale, un haut gradé prévient les populations : «Vous devez vous préparer comme des résiliences»

Publié le Modifié le
menace-terroriste-l-armee-en-alerte-maximale-un-haut-grade-previent-les-populations-vous-devez-vous-preparer-comme-des-resiliences Image utilisée à titre d'illustration
Politique

Les pays de la sous-région ouest-africaine sont secoués ces derniers temps par des actes de terrorisme. C’est fort de ce constat qu’un général de l’armée ivoirienne a lancé un important ce jeudi 17 mars 2022 lors d’une activité à l’Etat-major général à Abidjan.

Les membres de la Coordination africaine des droits de l’Homme pour les Armées (Cadha) se sont retrouvés le jeudi 17 mars 2022 pour célébrer les ans d’existence de leur organisation lit-on dans le journal Le panafricain de ce 18 mars 2022.

Les populations invitées à dénoncer tout acte suspect

C’est donc au cours de cette cérémonie que le général Sébastien Kouamé, représentant du général Doumbia Lassina, chef d’Etat-major général des Armées de Côte d’Ivoire, a tenu un discours sans ambiguïté. En effet, il a reconnu que le terrorisme est en train de gagner du terrain.

Le terrorisme existe et des actes peuvent être posés à tout moment

Par conséquent, les populations civiles sont appelées à faire confiance aux forces de défense et de sécurité en dénonçant tout acte susceptible d’être assimilé à un acte terroriste. «Préparez-vous, le terrorisme existe et des actes peuvent être posés à tout moment. Vous devez vous préparer comme des résilience, vous devez intégrer le fait qu’aujourd’hui dans la sous-région le terrorisme existe et des actes peuvent posés à tout moment» a insisté le général Sébastien Kouamé.

Selon lui, le terrorisme est une guerre sans visage et partant de ce fait, il est très difficile de le combattre. «Même les grandes armées ne peuvent pas se garder en permanence pour éviter les attaques terrorisme, parce que c’est une guerre sans visage une guerre ou un seul individu peut commettre des dégâts. Mais pour l’instant il ne se passe rien» a justifié le Général Sébastien Kouamé.

Dénoncer les objets explosifs auprès de la police

A sa suite, le coordonnateur de la Cadha, Diaby Bakari a abondé dans le même sens que le général Sébastien Kouamé en appelant une fois de plus à une frange collaboration. « Nous invitons les populations à collaborer en dénonçant tous les objets explosifs aux commissaires de police» a-t-il dit.

Un message que la population ivoirienne doit s’approprier quand on sait que des actes terroristes ont eu lieu dans la partie nord du pays.