Affaire « ville morte le 15 avril 2022 » : Après la police, l'initiatrice reçue au ministère du Commerce

Publié le Modifié le
affaire-ville-morte-le-15-avril-2022-apres-la-police-l-initiatrice-recue-au-ministere-du-commerce Image utilisée à titre d'illustration
Politique

Pour dénoncer la cherté de la vie en Côte d’Ivoire, Pulchérie Gbalet a initié l’opération « ville morte le 15 avril 2022 ». Cela lui a valu des invitations à la police et au ministère du Commerce.

En l'absence du Ministre en charge du Commerce, ACV et la FENACCI ont été reçus ce matin (8 avril 2022, ndlr), par le Directeur de cabinet du Ministre, Monsieur Jacques Esso, la Secrétaire exécutive du Conseil national de lutte contre la vie chère, Madame Bah-Koné, et plusieurs Directeurs centraux du dudit ministère.

Les raisons de sa convocation au ministère du commerce

L'ordre du jour a porté sur les revendications qui ont motivé notre mot d'ordre de ville morte du 15 avril 2022. Après avoir exposé sur tout ce qui caractérisent la cherté de la vie et la mauvaise gestion du problème par les autorités gouvernementales, j'ai laissé la parole à Mr Lamine Ouattara, Directeur exécutif de la commission de lutte contre la vie chère, mise en place par la FENACCI et représentant du Président de la FENACCI. 

Le problème est transversal et les ivoiriens sont asphyxiés par la cherté de la vie généralisée

Il a lui aussi exposé sur les problèmes des commerçants et j'ai conclu par le problème des pompes funèbres et celui du décret des VTC. En somme, le problème est transversal et les ivoiriens sont asphyxiés par la cherté de la vie généralisée pendant que le Ministère choisissait ses interlocuteurs pour des solutions inacceptables et parfois irréalistes. Le Directeur de cabinet a essayé d'expliquer la situation, de même que Mme Bah-Koné dont je salue son ouverture d'esprit.

Pulchérie Gbalet