Cohésion sociale : Voici le premier mal dont souffre le Guémon, selon le ministre KKB

Publié le
cohesion-sociale-voici-le-premier-mal-dont-souffre-le-guemon-selon-le-ministre-kkb Kouadi Konan Bertin dit KKB, ministre ivoirien de la Réconciliation nationale
Politique

Le ministre de la Réconciliation et de la Cohésion nationale, Bertin Kouadio Konan “KKB” a animé, samedi 28 mai 2022 à la place publique de Duékoué.

Après des séances d’échanges et d’écoute des populations de Duékoué, le ministre ivoirien de la Réconciliation nationale a affirmé que le premier mal dont souffre le Guémon est la manipulation.

Ce  qui met à mal la paix et la cohésion


Selon le ministre, qui s’est imprégné des réels problèmes qui mettent à mal la paix, la cohésion et le vivre-ensemble à Duékoué, dans sa mission d’écoute, il y a un élément clé qu’il a retenu. « Le Guémon souffre d’un premier mal qui est la manipulation. (…) Depuis que je suis arrivé ici, le vrai problème qui entame la cohésion est bel et bien la manipulation », a insisté KKB. «Et quand je dis c’est la manipulation, ça n’a pas de nom, ça n’a pas de couleur, tout le monde s’adonne à ce jeu. (…) On manipule tout ici », a-t-il martelé.

Pour ce faire, le ministre a interpellé toutes les autorités à faire en sorte que personne ne vienne leur dire que le gouvernement les a oubliés, et qu’il fera tout pour que cette manipulation prenne fin définitivement.

Des plantations, vieilles de plusieurs années, sont arrachées aux mains des Baoulé sous prétexte que ces derniers ne détiennent pas les documents ou papiers y afférents

Des séances d’écoute ont précédé ce meeting avec des groupes socioprofessionnels qui ont étalé les grands maux qui menacent le vivre ensemble dans le Guémon, à la salle Paul Guidibo, de la mairie de Duékoué, jeudi 26 mai 2022. Ce qui est davantage ressorti des témoignages des populations, surtout des chefs traditionnels Wê et des chefs des communautés allochtones et étrangères, relève surtout de la question récurrente et conflictuelle du foncier en zones rurale et urbaine.

Beaucoup d’autres plaies qui rongent la cohésion ont été évoquées à savoir, le banditisme, la tribalisation, la cherté de la vie, l’oisiveté des jeunes et des femmes, l’oubli des victimes des crises sociopolitiques successives que la Côte d’Ivoire a traversées de septembre 2002 à avril 2011.

Koffi Dieudonné Saraka Konan, porte-parole de la communauté Baoulé, a soutenu que l’un des grands problèmes à Duékoué est l’éternel problème de conflits fonciers. “ Des plantations, vieilles de plusieurs années, sont arrachées aux mains des Baoulé sous prétexte que ces derniers ne détiennent pas les documents ou papiers y afférents, (…) Et les champs, arrachés de force, sont revendus aux mêmes propriétaires ou aux étrangers”, a-t-il témoigné.

Après écoute et après avoir pris bonne note, KKB a promis de rendre compte fidèlement au Président de la République, Alassane Ouattara,  afin que des solutions durables soient trouvées. Il a aussi promis qu’il pèserait de tout son poids pour que la Journée nationale de la paix du 15 novembre 2022 se tienne à Duékoué. Le ministre KKB entreprend une visite de travail dans la région du Guémon, du mercredi 25 mai au lundi 30 mai 2022.

(AIP)