Sécurité frontalière : révélation sur une nouvelle forme de délinquance grandissante

Publié le
securite-frontaliere-revelation-sur-une-nouvelle-forme-de-delinquance-grandissante Frontière Côte d'Ivoire-Ghana
Politique

Une nouvelle forme de délinquance s’installe progressivement aux frontières.

Une nouvelle forme de délinquance s’installe progressivement aux frontières. Il s’agit de la fraude à l’identité. Daouda Soumahoro, Commissaire de police de Noé, fait le point de la situation à la frontière Côte d’Ivoire-Ghana.

Le mécanisme

Selon les explications du Commissaire de police de Noé, la fraude à l’identité est grandissante en ce moment à la frontière.

fraude à l’identité

Il explique qu’en effet, un individu peut prêter ses documents authentiques à une tierce personne pour qu’il effectue son voyage. Le policier qui contrôle observe bien que les documents sont authentiques mais ne peut pas facilement faire le rapport entre le document et celui qui le détient. « C’est une évidence que nos passeports sont sécurisés et pratiquement inattaquables. Mais une autre forme de délinquance est en train de se développer. Il s’agit de fraude à l’identité qui ne peut être identifiée avec le matériel dont nous disposons, mais qui fait appel à notre intelligence et notre flair de policier », a révélé le commissaire de police. Il a par ailleurs, mentionné la parfaite collaboration entre les différentes forces aux frontières pour mettre la main sur ces faussaires.

Lumière sur le commissariat de police de Noé

Le Commissariat de police de Noé, contrairement aux autres, est un commissariat mixte qui gère à la fois la sécurité frontalière et la sécurité publique. « Nous gérons la frontière à travers le référencement des passagers, voir s’ils sont éligibles à rentrer sur le territoire Ivoirien. Lorsque la douane interpelle des délinquants, on nous les réfère et nous sommes chargés de judiciariser les dossiers. Pendant ce temps, nos éléments sont également entrain de gérer la sécurité publique », a indiqué le Commissaire Daouda Soumahoro.

Dans une vision d’intégration des peuples, la Côte d’Ivoire et le Ghana travaillent à la juxtaposition des postes de contrôle comme le font le Benin et le Togo, le Togo et le Ghana, et dans les pays de l'Afrique de l'Est, en vue de non seulement fluidifier la circulation mais renforcer l’efficience des contrôles avec la synergie des moyens.