Blé Goudé dévoile l’identité du proche de Ouattara avec qui il est régulièrement en contact, ce qu’ils se disent

Publié le
ble-goude-devoile-l-identite-du-proche-de-ouattara-avec-qui-il-est-regulierement-en-contact-ce-qu-ils-se-disent
Politique

Charles Blé Goudé a accordé une interview à France 24 le samedi 11 juin 2022 au cours de laquelle il a mis au grand jour l’identité du proche de  juin  Ouattara avec qui il entretient des relations étroites.

Charles Blé Goudé, président du Congrès pour la Justice et l’Égalité des Peuples a accordé une interview d’environ quinze (15) minutes à France 24. Lors de son intervention, l’ex-leader de la galaxie patriotique, a fait d’importantes confiances sur ses rapports avec le pouvoir d’Alassane Ouattara.

Je suis en contact direct avec le chef de cabinet du président de la République pour

Il a même avoué qu’il est en "contact direct" avec Claude Sahi Soumahoro, le chef de cabinet du chef de l’Etat Alassane Ouattara. L’un des sujets qui alimente leurs conversations, c’est l’organisation du "retour sécurisé" de l’ex-pensionnaire du pénitencier de Scheveningen.  « Je suis en contact direct avec le chef de cabinet du président de la République pour que nous créions ensemble les conditions d’un retour apaisé et notre pays en a besoin. Je vais proposer une ou deux dates et nous allons discuter pour pouvoir arrêter un agenda commun » a lâché Blé Goudé.

je suis toujours en train de parler avec les autorités de mon pays

Sans l’avouer ouvertement, le président du Cojep serait dans une "opération de charme" du pouvoir afin que les poursuites contre lui soient abandonnées. « Avant moi, beaucoup de leaders ont été condamnés à 20 ans de prison dont Akossi Bendjo, Koné Katinan. Ils retournés en Côte d’Ivoire. Ils sont libres de leurs mouvements. Je ne sais pas pourquoi ma situation serait différente. Cela dit, je suis toujours en train de parler avec les autorités de mon pays » a ajouté Blé Goudé.

Blé Goudé a en outre ajouté que si le président Ouattara voulait "l’emprisonner", il n’aurait pas envoyé son chef de cabinet Claude Sahi Soumahoro le rencontrer à La Haye. « Quand on veut mettre quelqu’un en prison, on ne lui envoie pas un chef de cabinet » a-t-il affirmé.