Blé Goudé récidive et met en garde les pro-Gbagbo : « Je vous demande pardon, ne me provoquez pas »

Publié le
ble-goude-recidive-et-met-en-garde-les-pro-gbagbo-je-vous-demande-pardon-ne-me-provoquez-pas
Politique

Le président du COJEP, Charles Blé Goudé, a craché ses vérités aux pro-Gbagbo qui le taxent de traître et d’avoir abandonné Laurent Gbagbo. Voici un pan de ce qu’il a dit dans Notre Voie du  4 juillet 2022

(...) La question que je veux poser pour ceux qui disent, « il n’a pas qu’il est fidèle à Gbagbo, il n’a qu’à aller dans son parti politique », pourquoi en 2002 quand la Côte d’Ivoire a été attaquée et que je suis arrivé et je devais mobiliser les gens dans la rue, vous ne m’avez pas demandé ma carte de parti politique avant de me laisser engager les jeunes dans la rue ?

Pourquoi, subitement c’est aujourd’hui on me demande une carte de parti politique

Pourquoi ? Pourquoi en 2004, quand les chars français avaient envahi le domicile du président Gbagbo et l’hôtel ivoire, quand j’ai appelé les gens dans la rue. Pourquoi, vous n’avez pas demandé d’abord ma carte de parti politique ? Pourquoi ? Pourquoi, subitement c’est aujourd’hui on me demande une carte de parti politique pour que le puisse prouver ma fidélité ? Eh, soyez pas pressés ! Mais quand je vais arriver, je suis ouvert à tous les débats Je dis, nous tous, nous avons fui !

Ce n’est pas parce qu’ils aimaient Gbagbo. Ils ont pensé que c’était le lieu le plus sécurisé. C’est tout

Beaucoup étaient partis à la résidence du président Gbagbo en 2011. Ne me faites pas parler hein ! Beaucoup étaient partis à la résidence du président de la République, pas pour défendre Gbagbo. Ce n’est pas parce qu’ils aimaient Gbagbo. Ils ont pensé que c’était le lieu le plus sécurisé. C’est tout. Ils n’ont jamais pensé que l’armée française irait jusqu’à bombarder cette résidence. Donc ils ont pensé que c’était le lieu le plus sécurité.

Oui, j’ai pris la pirogue et puis j’ai traversé. C’est la même pirogue qu’on a pris nous tous, mais à des heures différentes. Donc moi, je sus ici, je vous demande pardon, ne me provoquez pas ! Respectez ma douleur !