Mali : "les 49 soldats ivoiriens bientôt placés sous mandat de dépôt", revèle un journaliste malien

Publié le Modifié le
mali-les-49-soldats-ivoiriens-bientot-places-sous-mandat-de-depot-revele-un-journaliste-malien Ph DR
Politique

Le journaliste malien, Abdoul Niang, annonce dans un tweet, ce dimanche, que les 49 militaires ivoiriens arrêtés à Bamako, le 10 juillet dernier, risquent d’être placés sous-mandat de dépôt.

Dans son tweet, le journaliste malien nous informe que les soldats ivoiriens arrêtés au Mali, il y a trois semaines, risquent d’être placés sous mandat de dépôt.

Les 49 soldats ivoiriens bientôt placés sous mandat de dépôt ?


« Selon mes informations, les  49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali risquent d’être mis sous mandat de dépôt très prochainement. Affaire à suivre… », a twitté dans la matinée du dimanche 31 juillet le journaliste malien.  Cette annonce du journaliste Abdoul Niang intervient alors que rien de concret n’a pour l’heure fuité sur les négociations entamées par les parties ivoirienne et maliennes auprès de la médiation togolaise. 

Selon Abidjan, la présence de ses soldats, dans le cadre d'opérations de soutien logistique à la mission des Nations unies au Mali (Minusma), était "bien connue des autorités maliennes.

Jeudi 28 juillet dernier, le président togolais, Faure Gnassingbé, a reçu séparément les délégations ivoiriennes et maliennes en vue de trouver une solution rapide à la situation des militaires ivoiriens détenus depuis 3 semaines.  Aucun communiqué officiel n’a non plus été publié par la présidence togolaise sur cette rencontre. La Côte d'Ivoire, faut-il le souligner,  demande la libération de ses 49 militaires arrêtés "injustement", selon elle, le 10 juillet à l'aéroport de Bamako, et accusés par les autorités maliennes d'être des "mercenaires" cherchant à déstabiliser le pays.  Selon Abidjan, la présence de ses soldats, dans le cadre d'opérations de soutien logistique à la mission des Nations unies au Mali (Minusma), était "bien connue des autorités maliennes.

Mais pour les autorités ivoiriennes qui jugent cette présence de soldats ivoiriens sur son sol « illégale »  et "attentatoire" à la souveraineté de l’État malien, indiquent que les enquêtes se poursuivront jusqu’à ce que toute la lumière soit faite sur cette affaire. «  Je crois que la façon dont les choses se sont passées et vu que la Côte d’Ivoire a indiqué qu’ils (les soldats ivoiriens)  étaient venues sous couvert des nations-unies a suscité beaucoup d’interrogations et beaucoup d’appréhensions de notre part”, a recemment justifié le chef de la diplomatie malienne. Les militaires ivoiriens restent toujours détenus depuis leur interpellation le dimanche 10 juillet dernier.