Politique

Les 49 soldats ivoiriens à Bamako : Téné Brahima parle de leurs conditions de détention et rassure les familles

Publié le Modifié le
les-49-soldats-ivoiriens-a-bamako-tene-brahima-parle-de-leurs-conditions-de-detention-et-rassure-les-familles
Politique

Les familles des 49 soldats ivoiriens détenus à Bamako depuis le 10 juillet 2022, ont été rassurées quant aux mesures prises pour les rapatrier au plus vite.

Le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, a rassuré les familles des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali, quant à leur libération prochaine. Il s’exprimait à l’occasion d’une rencontre initiée mercredi 03 août 2022 à l’état-major général des armées à Abidjan, pour un point d’étape relatif à cette affaire.

Ouattara rassure les familles

« L’objectif de cette rencontre est de vous rassurer, je vous demande de faire confiance au chef de l’Etat. Je peux vous rassurer que très bientôt, nous pourrons arriver à des résultats satisfaisants pour la libération de nos soldats », a déclaré le ministre Birahima Ouattara. Il a rappelé que ces soldats ne sont pas en faute mais « étaient dans une mission de soutien à un pays frère qui est le Mali ».

« Des actions ont été déployées pour comprendre, clarifier les choses »

Le ministre de la Défense a fait remarquer que depuis le déclenchement de cette crise, plusieurs initiatives ont été entreprises par le gouvernement ivoirien jusqu’à la médiation récente de la République du Togo. « Des actions ont été déployées pour comprendre, clarifier les choses. Il faut en toute chose, la patience. Des actions sont menées au plus haut niveau », a-t-il assuré.

Pour le ministre, il n’est point question d’arriver à des extrêmes dans le règlement de cette crise. « Notre ennemi commun c’est le terrorisme. Nous ferons tout pour ne pas arriver à des extrêmes. Le Mali est un pays frère, il n’y a pas de raison que cela ne continue pas. Nous sommes solidaires de nos soldats qui, du reste, sont traités dans des conditions normales », a exprimé M. Ouattara.

Le porte-parole des familles, Kouassi Alfred, s’est félicité de ce que « l’Etat n’a pas abandonné ses soldats ». Il a indiqué qu’un point de la situation leur est régulièrement fait depuis la survenue de cette situation. « Le métier des armes est difficiles mais valorisant. Restons dignes et calmes et faisons confiance au gouvernement. Soyons sereins et fiers de nos enfants qui rentrerons triomphalement », a-t-il déclaré.

Le chef d’état-major général des armées, le général de corps d’armée Lassina Doumbia a annoncé un don de 300.000 FCFA du ministre à chacune des familles. Il a aussi ajouté que la célébration de la fête de l’Indépendance dimanche à Yamoussoukro, sera en l’honneur de ses 49 soldats. « Notre souhait, c’est qu’ils soient avec nous ce jour-là, mais des dispositions ont été prises pour qu’un représentant par famille soit de cette fête », a-t-il indiqué avant d’ajouter que les « soldats ont le moral et sont détenus dans de bonnes conditions ».

Trois semaines de détention

Interpellés dimanche 10 juillet 2022 à l’aéroport de Bamako, au Mali, 49 soldats ivoiriens sont actuellement retenus par les autorités maliennes.

Dès l’annonce de leur arrestation, la Côte d’Ivoire a demandé la libération « sans délai » de ses militaires affirmant que ces militaires ivoiriens sont des éléments du “support national” (NSE) et interviennent en appui de la mission de l’ONU au Mali, la MINUSMA.

Un mémorandum signé en 2019 avec l’ONU prévoit le déploiement d’un contingent militaire au Mali. Ces militaires sont sous contrat avec une société privée, Sahel aviation service (SAS), qui est basée à l’aéroport de Bamako, explique le gouvernement ivoirien.