Après le discours du président Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo convoque d'urgence son état-major

Publié le Modifié le
apres-le-discours-du-president-alassane-ouattara-laurent-gbagbo-convoque-d-urgence-son-etat-major Ph dr
Politique

L'ex-chef de l' Etat ivoirien, Laurent Gbagbo a convoqué une réunion d'urgence de la haute direction du Parti des peuples africains-Côte d'Ivoire, son parti, 24 h après le discours du président Alassane Ouattara.

Laurent Gbagbo, ex-chef de l'Etat ivoirien, a convoqué d'urgence, ses lieutenants, membres du Conseil stratégique et politique (CSP) du Parti des peuples africains- Côte d’ Ivoire (PPA-CI).

Voici ceux qui prendront part à cette importante réunion

Cette réunion élargie aux autres cadres du parti, dirigeants des hautes instances de la direction du (PPA-CI), notamment la présidente du comité de contrôle, le secrétaire général, le président du Conseil  politique permanent, le président du Conseil de discipline, six  responsables des commissions permanentes du PPA-CI ainsi qu'au président de l'école du parti, est convoquée pour demain lundi 8 août 2022, à 10h,  à son cabinet de Cocody Attoban.

Cette convocation revêt un caractère urgent

Cette réunion d'urgence dont le communiqué est signé de Dr Assoa Adou, est décidée moins de 24h après l´adresse à la nation du Chef de l'Etat et se tiendra moins de 48 h après. Une adresse au cours de laquelle Alassane Ouattara a annoncé des mesures dont des décisions politiques diversement interprétées. Parmi ces décisions, une grâce présidentielle accordée à Laurent Gbagbo. Aussi est-il autorisé de dire que cette convocation revêt un caractère urgent. Le PPA-CI va plancher sur les décisions du Président ivoirien, apprend-on. 

Aux nombres des décisions prises par Alassane Ouattara, le chef de l'État ivoirien, figure en bonne place, la grâce présidentielle accordée a son prédécesseur ainsi que le reversement en intégralité de sa  rente viagère estimé à plusieurs millions de FCFA. Une décision qui s'inscrit, certes dans le sens de la décrispation du climat socio-politique ivoirien, mais qui, semble-t-il, ne satisfait pas aux attentes de l'ancien président ivoirien et de ses proches qui aurait préféré une amnistie.

Cette grâce présidentielle n'efface pas la condamnation du président du PPA-CI

En effet, cette décision du président Alassane Ouattara, bien que salutaire, ne garantie pas une candidature de Laurent Gbagbo à la présidentielle de 2025. Condamné à 20 ans de prison dans l'affaire relative au casse de l'agence abidjanaise de la banque centrale des États de l'Afrique de l'ouest (BCEAO), cette grâce présidentielle, à la différence d'une loi d'amnistie, n'efface pas la condamnation du président du Parti des peuples  africains-Côte d'Ivoire qui a été déchu de ses droits civiques.