Côte d'ivoire : Tidjane Thiam veut renoncer à la nationalité française pour la présidentielle de 2025

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-tidjane-thiam-veut-renoncer-a-la-nationalite-francaise-pour-la-presidentielle-de-2025 Tidjane Thiam, se prépare pour la présidentielle de 2025
Politique

Selon The Télégraph, un média britannique,  Tidjane Thiam, l’ancien PDG de Credit Suisse et Prudential, envisage une candidature pour devenir le prochain président de la République de Côte d’Ivoire.  L’ex-ministre ivoirien du Plan et du développement qui a récemment mis fin à plus de deux décennies d'exil  songerait à renoncer à sa nationalité française.

Notre source indique que le banquier franco-ivoirien aurait pris conseil sur la question de sa double nationalité en vue d’une éventuelle candidature à la plus haute fonction de la nation ouest-africaine en 2025. 

Résoudre son statut de citoyen


Il est probable que M. Thiam devra résoudre son statut de citoyen au cours des deux prochaines années et demie s’il veut se présenter à la prochaine élection présidentielle. Selon la constitution ivoirienne, les candidats à la présidence doivent être nés dans le pays et ne peuvent être titulaires d’un passeport étranger.

Cette décision ramènerait M. Thiam dans la politique ivoirienne plus de deux décennies après avoir quitté le cabinet du pays d’Afrique de l’Ouest à la suite d’un coup d’État, pour poursuivre une carrière dans la finance. Il a travaillé pour McKinsey et Aviva, puis a pris le poste de directeur général de Prudential en 2009, devenant le premier patron noir d’une entreprise du FTSE 100.

M.Thiam est parti diriger le Credit Suisse six ans plus tard. En 2020, il a été contraint de démissionner à la suite d’un scandale d’espionnage d’entreprise, dans lequel il a nié tout acte répréhensible.  M. Thiam a depuis vendu sa maison à Zürich et partagerait son temps entre Londres et Paris – cette dernière étant sa résidence principale. En dehors de la finance, il s’est également vivement intéressé à la politique africaine, en tant qu’envoyé spécial de l’Union africaine, où il a aidé le continent à faire face aux retombées économiques de la pandémie de Covid.

Retour en Côte d’Ivoire après 20 ans d’absence

 

Le mois dernier, M. Thiam s’est rendu en Côte d’Ivoire – sa première visite de ce type en plus de 20 ans – pour des réunions et pour rendre visite à sa famille.  À son arrivée à Abidjan, le 8 août, M. Thiam a été reçu par le président ivoirien Alassane Ouattara à son domicile du quartier branché de Cocody Riviera.

La réunion a duré une heure et a réuni les frères aînés de M. Thiam, le gouverneur de Yamoussoukro, Augustin Thiam, et le ministre des transports, Aziz Thiam.   M. Thiam – qui est le petit-neveu du premier président ivoirien et dont le père était également un homme politique ivoirien – a servi sous le président Henri Konan Bédié entre 1993 et ​​1999, avant que le gouvernement ne soit renversé par un coup d’État militaire.

Il était alors à l’étranger et est retourné en Côte d’Ivoire, où il a été assigné à résidence. Le nouveau régime militaire lui a proposé un poste  mais M. Thiam a refusé et a été exilé.  Un porte-parole de M. Thiam a déclaré qu’il entretenait « des contacts réguliers et cordiaux » avec les anciens présidents Laurent Gbagbo et M. Bédié. Il a rencontré les deux hommes lors de son récent voyage.

Un sentiment de culpabilité


N. Thiam a déclaré à M. Bédié lors de leur discussion qu’il soutenait toujours son parti.  Cependant, il a largement évité la politique ivoirienne depuis le coup d’État et n’est revenu dans la mêlée qu’en octobre 2020 lors des dernières élections, après le décès soudain du successeur choisi par M. Ouattara.  En violation des limites constitutionnelles du nombre de mandats, M. Ouattara a finalement assumé un troisième mandat, ce qui a déclenché des protestations et des violences.

« Nous devons favoriser l’unité et éviter ce qui divise », a déclaré M. Thiam dans une interview à TV5Monde quelques jours avant les élections, refusant de commenter la légalité des actions de M. Ouattara.  M. Ouattara, qui aura 83 ans au moment des prochaines élections, a rencontré à l’époque le président français Emmanuel Macron à Paris pour évoquer la crise. Le nom de M. Thiam a été présenté comme un éventuel ajout à un futur gouvernement ivoirien lors des pourparlers qui ont suivi.

Tout au long de sa carrière, M. Thiam a fréquemment parlé de ses sentiments de culpabilité de vivre dans un pays développé, alors qu’il sent qu’il pourrait faire beaucoup et contribuer à sa Côte d’Ivoire natale.   Plus récemment, en décembre 2021, il a repoussé les questions sur ses ambitions présidentielles dans un entretien au magazine Jeune Afrique.  Il a déclaré: «Je fais ce que je peux dans mon domaine d’expertise, qui est l’économie, pour faire avancer les choses.  « Mais je vais répondre à votre question – posez-la-moi à nouveau en 2025. » M. Thiam et ses représentants ont été contactés pour commentaires.