Côte d'Ivoire

Politique : Le président de la PEC-CI Remi Yao Ebrin échange avec l’UE et le Sursaut National

Publié le Modifié le
politique-le-president-de-la-pec-ci-remi-yao-ebrin-echange-avec-l-ue-et-le-sursaut-national
Politique

Remi Yao Ebrin, président de la Plate-forme des organisations de la Société Civile ivoirienne (PEC-CI) était le 6 octobre 2022 au siège de l’Union Européenne (UE) et de "Le Sursaut National".

Le président de la Plate-forme des organisations de la Société Civile ivoirienne (PEC-CI), Remi Yao Ebrin a entamé un périple le 6 octobre 2022.

La PEC-CI fait le point de sa mission d'observation des législatives et sénatoriales partielles à l'UE et à Le Sursaut National

La première étape de ce déplacement était le siège de la représentation de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire. «J'ai conduit une forte délégation du Comité Exécutif des 35 Organisations de la Société Civile ivoirienne dénommée PEC-CI que nous présidons, successivement au siège de l'Union Européenne (UE) ce jeudi 06 octobre 2022,  et au Siège du Parti politique le Sursaut National afin d'échanger avec Antonio Dal Borgo, Chargé de Programmes Section Coopération-Gouvernance Démocratique et Emploi, ainsi que le Président Kouamé Marcellin.

Il s'agissait pour nous de faire le point de notre Mission en tant qu'observateur accrédité par la Commission Électorale Indépendante (CEI), au cours des élections partielles Sénatoriales et législatives qui se sont tenues le samedi 03 septembre 2022 en Côte d'Ivoire. 

Remi Yao Ebrin exprime ses craintes et fait une importante recommandation à l'UE 

Nous avons tenu à exprimer nos inquiétudes et préoccupations quant aux élections à venir, aussi avons-nous fait des propositions constructives dans un souci permanent de trouver des compromis et un consensus autour de la Commission Électorale Indépendante (CEI), qui suscite aujourd'hui beaucoup de grincements de dents, dont les différents partis politique de l'opposition ivoirienne récusent le fait que 90 % de ses membres sont des militants du Parti au pouvoir, le RHDP » a déclaré le président Remi Yao Ebrin, selon une note de son service communication.

Au cours de cette audience, la PEC-CI a exhorté l’Union Européenne, en tant qu’un partenaire financier de la Côte d’Ivoire, de s’impliquer davantage pour la mise en place d’un système électoral équitable et accepté de toutes les parties. En effet, pour Remi Yao Ebrin, l’Union Européenne doit « peser de tout son poids auprès du Gouvernement ivoirien et des différentes forces politiques de l'opposition ivoirienne pour la mise en place effective d'une Commission Électorale Indépendante (CEI) crédible, consensuelle et impartiale ».

Le Chargé de Programmes Section Coopération-Gouvernance Démocratique et Emploi de l'Union Européenne Antonio Dal Borgo et Kouamé Marcellin, président de Le Sursaut National ont à tout de rôle, félicité la PEC-CI pour la qualité de leur rapport sur les dernières élections législatives et sénatoriales partielles. L’UE et le Sursaut National ont par ailleurs encouragé Remi Yao Ebrin et ses pairs du PEC-CI à faire des propositions concrètes afin de trouver des compromis et un consensus dans le seul et unique objectif d’éviter à la Côte d’ Ivoire d'autres crises post-électorales. Il faut ajouter qu'avant l'UE et Le Sursaut National, la PEC-CI avait déjà présenté son rapport au PDCI-RDA, à la CEI, etc.