Politique nationale

Face au refus de libérer les 46 militaires ivoiriens, la Côte d’Ivoire retire ses autres soldats du Mali

Publié le Modifié le
face-au-refus-de-liberer-les-46-militaires-ivoiriens-la-cote-d-ivoire-retire-ses-autres-soldats-du-mali
Politique

Linfodrome a consulté une correspondance de la représentation ivoirienne auprès des Nations-Unies. Laquelle correspondance, adressée au secrétaire général de l'Onu, annonce le retrait progressif des soldats ivoiriens engagés dans différents contingents au Mali.

L'Onu déjà informée de cette décision

La Côte d’Ivoire a annoncé, de manière officielle, son retrait de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). C'est ce qu'il convient de retenir d'un document adressé à l'Onu. "D'ordre du gouvernement de la République de Côte d'Ivoire, la mission permanente confirme la décision de retrait progressif des personnels militaires et de police ivoiriens déployés au sein de la mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), telle qu'annoncé le 28 octobre 2022 par le ministre délégué Léon Kacou Adom, lors de son entretien avec le secrétaire général adjoint aux Opérations de paix, Monsieur Jean-Pierre Lacroix" stipule le communiqué.

Échec des différentes négociations 

Il faut savoir que le 10 juillet 2022, 49 militaires ivoiriens ont été mis aux arrêts à l'aéroport Modibo Kéita de Bamako. Les autorités maliennes les à inculpés pour "atteinte à la sûreté extérieure" du Mali. De son côté, le gouvernement ivoirien a indiqué, à plusieurs reprises, que les soldats arrêtés à Bamako sont des éléments de la Minusma. Face à cette situation, plusieurs médiations ont eu lieu sous la houlette du Togo. Trois (3) soldats, de sexe féminin avaient recouvré la liberté et regagner Abidjan. Malheureusement, les négociations ont accouché d'une souris. Exaspérée, la Côte d’Ivoire a décidé, de mettre fin à sa participation aux missions de maintien de la paix au Mali.