Côte d'Ivoire

Politique : Dr Agnès Monnet appelle à une parité hommes-femmes dans les instances de décisions et assemblées élues

Publié le
politique-dr-agnes-monnet-appelle-a-une-parite-hommes-femmes-dans-les-instances-de-decisions-et-assemblees-elues
Politique

Les femmes ont réfléchi sur les mécanismes devant aboutir à la parité hommes-femmes dans les instances de décisions.

Dr Agnès Monnet, présidente du ″Women Caucus for Lobbying-Côte d'Ivoire″ (WCFL-CI) et son bureau exécutif ont réfléchi lors de cet atelier sur l’élaboration du plan stratégique 2022-2023 du ″Women Caucus for Lobbying-Côte d'Ivoire″ autour du thème, ″Quelle stratégie pour l'appropriation des missions du WCFL-CI″, selon quatre (04) axes bien choisis. 

Les différentes articulations de ce séminaire

″Recherche et développement de partenariats″, développée par Désirée Djomand, PCA de la COR-UNIES, l’″Organisation institutionnelle et administrative du WCFL-CI″, animée par Me Francine Aka-Anghui, secrétaire générale du Caucus, ″Développement de programmes et actions en faveur des femmes″, dite par Colette Dingui, vice-présidente en charge des projets et les ″Stratégies et mobilisation des ressources pour la mise en œuvre du Plan d’Actions Stratégique″, dite Mme Clémentine Metan, trésorière générale. Désirée Djoman, dans son intervention a appelé le bureau exécutif du caucus à rechercher et susciter des partenaires. « Nous trébuchons parfois sur des actions parce qu’elles n’ont été préparées au préalable. Nous ne connaissons pas souvent les cordes. Et c’est souvent important de connaitre les partenaires que nous voulons solliciter », soutient la PCA.

Il faut copter des personnes qui croient aux femmes et dont la qualité apporte un plus au bureau exécutif

Pour finir, elle a donné des conseils à Mme la présidente. « Il faut copter des personnes qui croient aux femmes et dont la qualité apporte un plus au bureau exécutif. Et proposer des actions qui correspondent aux missions du Women Caucus », exhorte Mme Désirée Djoman. A sa suite, Mme Kaba Fofana Yaya Fanta, secrétaire exécutif de l’observatoire national de l’équitté et du genre (ONEG), a fait une communication sur ″Comment le plaidoyer/lobbying peut-il être une approche pour influencer les décideurs et les faire agir ? ″.

Elle a insisté sur le rapport entre le Women Caucus et les décideurs, « Parce que ce sont les décideurs qui prennent toutes les décisions politiques, qui prennent les décisions pour gêner les populations. Donc le plaidoyer doit avoir pour cible ceux qui prennent les décisions. Et pour chaque secteur d’activités, il va falloir qu’elles précisent les thèmes, qu’elles définissent des objectifs bien précis qu’elles veulent atteindre. Il faut aussi tisser des alliances, mettre en place un vaste réseau qui doit aider à l’atteinte des objectifs qui ont été fixes », a soutenu Mme Kaba Fofana.

Dr Agnès Monnet, présidente du ″Women Caucus for Lobbying-Côte d'Ivoire″ est revenu sur le taux alarmant de la représentation des femmes dans les assemblées élues et les instances de décision. Pour elle,  « Le Women Caucus rêve d’une Afrique de progrès, une Afrique transformée où les femmes et les hommes jouissent des mêmes droits et accèdent ensemble aux sphères de décisions à tous les niveaux de la société et des assemblées élues.

Les chiffres peu reluisants du taux des femmes dans les institutions ivoiriennes

En Côte d’Ivoire, sur 255 députes à l’Assemblée nationale, on a 29 femmes soit 11,37%, sur 201 maires, il y a 16 femmes soit 07,96%. Conseils régionaux, sur les 31 régions, une seule femme élue présidente doit 03,22%, le Senat, 66 sénateurs élus dont 08 femmes 12,12% et 11 femmes nommées sur 33 par le président de la République. Après les nominations, le Senat compte 21 femmes soi 21,21% », révèle Dr Agnès Monnet. Et ce sont ces chiffres qui n’honorent pas la Côte d’Ivoire que la représentante pays du ″Women Caucus for Lobbying-Côte d'Ivoire″, Dr Agnès Monnet, maire de la commune d’Agou veut améliorer à travers cette organisation. Pour cela, un lobbying auprès des décideurs s’impose.