Mobilité urbaine : Les avantages d’une offre de transport diversifiée

Publi-Reportage
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
mobilite-urbaine-les-avantages-d-une-offre-de-transport-diversifiee Les avantages d’une offre de transport diversifiée ont été présentés.

La présente analyse porte sur l’activité des taxis ordinaires et les véhicules de transport avec chauffeur (VTC) dans la ville d’Abidjan. Elle a pour objet à partir des modèles de coexistence dans d’autres villes de faire des propositions durables.

En vue de faciliter la mobilité des personnes entre les différentes localités, la Côte d’Ivoire a mis au point une politique de transport fondée sur la libéralisation des secteurs marchands concurrentiels et la promotion du secteur privé, acteurs de la croissance. Cette politique a permis le développement d’un système de transport diversifié dans les secteurs urbain et interurbain.

Diversification des moyens de mobilité à Abidjan

Capitale économique du pays, la ville d’Abidjan regorge selon le dernier recensement de la population et de l’habitat de 2014, de plus de cinq millions d’habitants qui doivent se déplacer au quotidien. Cette forte demande a favorisé l'augmentation d'entreprises dans le domaine du transport.

Le déplacement des personnes dans la ville d’Abidjan s’avère difficile pour diverses raisons. Le nombre insuffisant de véhicules en bon état, les interminables embouteillages et l’insuffisance d’infrastructures routières entravent énormément la mobilité de la population abidjanaise.

Face à cette problématique, la question de la diversification des moyens de mobilité à Abidjan occupe une place importante dans la politique de développement économique du pays. Le choix du véhicule de transport peut être analysé en fonction de plusieurs critères. Le coût, le confort, la sécurité, la disponibilité, la vitesse sont des facteurs qui déterminent le choix du véhicule de transport pour un client.

Défaillance de la Sotra

La défaillance structurelle de la Société des Transports Abidjanais (Sotra) à la fin des années 90 et la diversité des défis en matière de mobilité urbaine ont également contribué à une prolifération de moyens de transport évoluant dans l'informel au fil des années. L’avènement des nouvelles technologies de l’information et de la communication a aussi contribué à l'émergence d'un nouveau type de service de transport qui conquiert de plus en plus le cœur de la population.

Le transport en commun à Abidjan est assuré par plusieurs types de véhicules dont les taxis ordinaires (taxi compteurs), les véhicules motorisés à deux ou trois roues (moto-taxi) et les véhicules de transport avec chauffeur (VTC).

Les VTC présentent plusieurs avantages à savoir : la flexibilité des horaires, l’accessibilité de la profession de chauffeur à tout type de conducteurs qualifiés, la disponibilité de véhicules dans des zones spécifiques de la ville d’Abidjan ou encore la mise en relation rapide et facile entre le client et son chauffeur, qui se fait à partir d’un smartphone par le biais d’une application.

Celle-ci ne nécessite pas obligatoirement un enregistrement sur le plan administratif.  Les contraintes sont ainsi réduites au minimum tant au niveau de la clientèle que du transporteur.

Offre déficiente des moyens de transport

De même, face à une offre déficiente ou lacunaire des moyens de transport, les VTC contribuent significativement à la diversification des moyens de mobilité dans les grandes villes. Cette diversification du marché permet une rencontre optimale entre offre et demande qui est à l’avantage du consommateur.

En plus des avantages cités, la diversification des modes de transport, contribuent au développement de l’emploi dans un secteur d’activité où il existe une forte demande de service transport encore non satisfaite.

Les services en ligne de VTC disposent d’un nombre important de conducteurs et proposent des prix abordables qui tiennent compte de l’état du marché.

« Certaines études ont montré les avantages des VTC »

Certaines études ont montré les avantages des VTC dans le domaine de la mobilité urbaine dans un cadre réglementaire.

En France par exemple, l’activité est règlementée par les pouvoirs publics. L’activité de chauffeur de taxi est subordonnée à l’acquisition d’une licence délivrée par l’autorité compétente. Les taxis ordinaires prennent les clients sur les voies ouvertes à la circulation publique.

En revanche, les VTC n’ont pas le droit de récupérer des clients dans la rue sans avoir été préalablement réservés par téléphone ou via une application. Les VTC sont enregistrés dans un registre officiel de la Direction des Infrastructures, des Transports et de la Mer.

L’acquisition d’une licence et l’exploitation d’un VTC est soumise à des conditions d’aptitude professionnelle, attestées par une carte de conducteur professionnel après avoir passé avec succès l’examen requis.

« Les véhicules doivent respecter certaines caractéristiques » 

Les véhicules doivent respecter certaines caractéristiques : avoir un maximum de 6 ans d’ancienneté, disposer d’un macaron sur le pare-brise qui justifie de l’enregistrement du véhicule dans le registre d’exploitation des VTC et être correctement immatriculés.

Les études ont également montré que les VTC au Nigeria, offrent des moyens de mobilité avec des chauffeurs très efficaces qui coexistent parfaitement avec les taxis ordinaires. Ils offrent des services de qualité à des coûts réduits et contribuent à décongestionner les voies dans la ville de Lagos.

Malgré les nombreux avantages des VTC, il faut noter que leur apparition dans le transport urbain a connu de vives contestations de la part des chauffeurs et des responsables des services desdites plateformes.

Forte demande de VTC en Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, la forte demande de VTC trouve sa justification dans le professionnalisme des acteurs qui offrent des services qui correspondent aux aspirations des populations en termes de mobilité. Les VTC offrent dans le modèle ivoirien des services de transport à forte intensité en capital. En effet, la traçabilité des déplacements que permettent ces entreprises accroit la satisfaction que les agents économiques tirent de la consommation de leurs services.

La forte adhésion des populations à cette nouvelle offre a suscité une grève des chauffeurs de taxis ordinaires prétextant une concurrence déloyale des VTC et revendiquant une intervention des pouvoirs publics. L’on doit comprendre que sur un marché concurrentiel, les entreprises qui innovent sont plus compétitives en matière de prix. Par conséquent, elles s’offrent une part de marché plus importante.

Assurer la coexistence des deux activités

La régulation du secteur peut être envisagée par les autorités publiques, à condition qu’elle assure la coexistence des deux activités en situation de concurrence. Les entreprises de transport doivent pouvoir assurer leur développement tout en maintenant un niveau d’emploi satisfaisant et tout en étant économiquement viables. La régulation du secteur ne doit pas être une barrière à l’entrée visant à protéger les taxis ordinaires au détriment des VTC.

Les consommateurs (clients) doivent bénéficier d’une offre diversifiée de services de qualité à un meilleur prix. Les pouvoirs publics doivent favoriser et garantir l’existence de nouveaux acteurs du transport urbain. Ils doivent garantir la libre concurrence.

Cadre concurrentiel dans la ville d’Abidjan

Le développement du transport public dans un cadre concurrentiel dans la ville d’Abidjan, contribuera ainsi à l’augmentation de la productivité économique du pays. D’autant plus que tout comme de nombreux biens et services économiques, le marché est le moyen qui permet d’assurer la rencontre la plus efficiente de l’offre et de la demande des services de transport.

Les entreprises VTC en Côte d’Ivoire contribuent à l’amélioration du climat des affaires. Elles exploitent des véhicules neufs avec une offre importante. Elles contribuent à une diversification des moyens de mobilité. Cela garantit un déplacement plus rapide, qualitatif et sécurisé. Ce sont autant de facteurs importants pour les agents économiques.

Des recettes fiscales sur les ventes

De plus, les véhicules sont exploités sur une durée maximale de trois ans. Ce qui permet un investissement des acteurs dans le secteur d’activité. Les entreprises de VTC offrent la possibilité à des particuliers d’investir dans des véhicules mis à disposition par des services de location de véhicules ou des concessionnaires implantés dans le pays.

Aussi, elles permettent une mobilisation de l’épargne de ces particuliers. Les investissements réalisés permettent aux entreprises exerçant dans la vente ou la location de véhicules, d'accroître leur chiffre d'affaires. Cette manne financière permet à l’Etat d’engranger des recettes fiscales sur les ventes. En Côte d’Ivoire, les entreprises de VTC ont donc favorisé le développement d’un nouveau modèle économique dans le domaine du transport.

Les services de covoiturage permettant aux personnes de rallier leur destination le plus rapidement possible, sont présents sur le marché du transport public d’Abidjan bien avant l’arrivée des firmes Yango et Uber. Cependant, l’avènement de ces services de transport a contribué à une formalisation des activités dudit secteur à travers l'inscription des conducteurs à leur plateforme.

Linfodrome Ci