Tensions et attaques en Côte d'Ivoire

Les accusations et les sanctions tombent, les attaques continuent...


09/08/2012
Fidèles de la revue de presse de linfodrome.com, bienvenue à notre numéro de ce jeudi 9 août 2012. Aujourd’hui, il est question des révélations autour de l’attaque du camp militaire d’Akouédo, de nouvelles à Agboville et du rabais des frais d’inscription dans les Université publiques.

Révélations autour de l’attaque du camp militaire d’Akouédo

Après l’attaque meurtrière du camp militaire d’Akouédo le lundi 6 octobre 2012, l’heure est aux révélations. Notre Voie qui dit détenir « de graves » confidences avance que c’est plutôt 12 militaires et non 6 qui ont été tués. Par contre du côté des assaillants, il n’y en a pas eu, contrairement à ce que dit le gouvernement. Comme armes, les assaillants auraient emporté 3 lanceurs de missiles air-sol portable SAM7, 4 missiles de rechange, 1 arme anti char utilisant les roquettes autoguidées et 4 roquettes, 250 kalachnikovs neuves et une caisse de grenades. De son côté, le ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko a dévoilé « le complot » relatif aux attaques du week-end. Il a affirmé dans Le Patriote et Le Nouveau Réveil que le cerveau de ce coup est un certain « Gédéon », de son vrai nom : Blé Hervé, soldat du premier bataillon d’Akouédo. Ce dernier est activement recherché, a-t-il dit. Le ministre a annoncé qu’à ce jour, 11 personnes ont été arrêtées et a indiqué que des ex-FDS tels que les commandants Abéhi, Gouanou, Patrice Loba, et Dadié sont liés à cette attaque.

Une nouvelle attaque meurtrière, à Agboville

Alors qu’on cherche à élucider ce qui s’est passé le week-end dernier, on annonce une autre attaque. « Après Yopougon, Akouédo, Abengourou : le commando mystérieux frappe encore à Agboville », lit-on à la Une de L’Inter. Selon les explications d’un commandant des FRCI, les assaillants ont attaqué leur poste dans la nuit du mardi à mercredi à 2h et ont fait un blessé grave. Ces agresseurs « sont des éléments aguerris au combat », a-t-il dit. Le Quotidien d’Abidjan note que 3 FRCI ont été tués dans cette opposition. Quant à Aujourd’hui, il écrit que ces attaques généralisées sont « une fronde contre Ouattara ». Elle émane, selon lui, des « frustrés de la rébellion » dont des proches du sergent I.B, car ils n’ont rien obtenu des promesses qui leur avaient été faites. Les évènements récents en Côte d’Ivoire, Mamadou Coulibaly, l’ex-président de l’Assemblée Nationale et président actuel de LIDER a affirmé qu’ils étaient « prévisibles » et que « nous avons affaire à une guérilla », apprend-on dans Soir Info et L’Intelligent d’Abidjan.

Les sanctions tombent

C’était aussi prévisible que des sanctions allaient tomber après ces attaques meurtrières. « Ouattara frappe fort », titre Nord-Sud Quotidien ». Il informe que des officiers ont été mis aux arrêts. Ce sont le Lt Kahon, le sergent-chef Jean Bobléhi. Quant au Lt-Col Touré Gninkremetchin, commandant du 1er bataillon d’infanterie d’Akouédo et le Lt-Col Kouassi Adjoumani, commandant du bataillon blindé, ils ont été révoqués avant d’être mis aux arrêts. Cette information est confirmée par Soir Info qui dit la tenir du ministre délégué auprès de la Défense, Charles Koffi Koffi, de passage sur les antennes de la RTI. « Incompétent face aux assaillants, le régime Ouattara sombre dans la répression ». Il rapporte qu’après le coup contre le camp d’Akouédo, les habitants des villages de Bingerville, Akouai-Santé et d’Akandjé, subissent la furia des FRCI. Ces derniers s’adonnent au harcèlement, à des enlèvements et à la torture des populations pour leur arracher des aveux. Un habitant a affirmé « qu’au lieu des armes qu’ils disent chercher, ces soldats arrachent des portables et de l’argent à leurs propriétaires ».

La commission d’enquête a rendu son rapport et rabais du prix d’inscription

Les résultats de la Commission nationale d’enquêtes ont été rendus au président Alassane Ouattara, hier. Fraternité Matin dit que « ces chiffres font pleurer… » « Sur 15.875 personnes auditionnées, 13.344 sont des victimes de la crise post-électorale », a dit la présidente de la commission, Mme Paulette Badjo. On dénombre, pêle-mêle, 8.441 cas de violation de l’intégrité physique, 3.248 cas de violation des droits à la vie, 1.354 cas de tortures, 265 cas de disparitions forcées, etc. Selon Le Nouveau Réveil, les Ex-FDS ont commis 1009 exactions sommaires contre 500 pour les FRCI. Pour Le Nouveau Courrier, il s’agit d’une « comédie de la lutte contre l’impunité » vu que la composition de la Commission avait été décriée par les organisations internationales de droits de l’homme et qu’elle « a travaillé de manière très peu transparente ».

Hier en Conseil des ministres, le nouveau tarif d’inscription dans les Universités publiques a été ramené à 30.000FCFA, ont informé tous les journaux.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome