Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara au milieu d’un feu dévorant, tout sur la pression de la Communauté internationale, dans les coulisses du choix de Gbagbo


27/07/2020
Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara au milieu d’un feu dévorant, tout sur la pression de la Communauté internationale, dans les coulisses du choix de Gbagbo
La candidature du président ivoirien à sa propre succession est évoquée par nombre d’observateurs et au sein de son propre camp, le parti Rhdp

La présidentielle d’octobre 2020, la probable candidature du président Alassane Ouattara, la candidature de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo à la présidentielle d’octobre 2020, sont entre autres les sujets qui cristallisent l’attention de la presse ivoirienne ce lundi 27 juillet 2020.

Mort le mercredi 08 juillet 2020, à la Polyclinique Internationale Sainte Anne-Marie (Pisam) à l'âge de 61 ans, des suites de problèmes cardiaques, le premier ministre Amadou Gon qui faisait campagne pour le scrutin du 31 octobre, laisse un immense vide dans le paysage politique ivoirien. Et un siège vacant. Passé le choc de sa mort, une question s'impose à tous : qui va représenter le parti d'Alassane Ouattara à la présidentielle ? 

Quelques mois après avoir annoncé, en mars dernier, qu'il ne briguerait pas un troisième mandat, Alassane Ouattara, qui a évoqué la perte d'un "fils" et d'un "jeune frère", avait désigné son "plus proche collaborateur depuis trente ans comme son successeur et candidat du parti au pouvoir. Mais la mort de ce favori rebat les cartes.

La candidature du président ivoirien à sa propre succession est évoquée par nombre d’observateurs et au sein de son propre camp, le parti Rhdp. Il avait pourtant déclaré qu’il ne serait pas candidat à sa propre succession. De quoi faire réagir la France et les Etats-Unis. Selon le Quotidien d’Abidjan, ces derniers ne veulent pas entendre parler d’un quelconque troisième mandat. La position de Paris et de Washington s’expliquerait d’une part, par le fait que la Constitution ivoirienne ne permet pas au président Ouattara de briguer un troisième mandat et d’autres parts, par l’engagement pris par le chef de l’Etat devant le Congrès en mars dernier.

« Situation socio-politique explosive, Ouattara au milieu d’un feu dévorant. Tout sur la pression de la communauté internationale, la mission de l’Elysée et de Washington au président Ghanéen.», barre à sa Une Le Quotidien d’Abidjan.

Autre fait marquant de l’actualité ce lundi, c’est la candidature de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo à la présidentielle du 31 octobre 2020. A la Haye pour les faits liés à la crise post-électorale d’octobre 2010, Laurent Gbagbo qui rêve d’un destin présidentiel vient d’être désigné par sa formation politique, le Front populaire ivoirien (Fpi). Cette décision a été prise le samedi 25 juillet 2020, lors d’une réunion du Secrétariat général du Fpi. Selon le confrère Le Temps, la décision a été prise au motif que le président Gbagbo est éligible à la présidentielle au regard des articles 55 et 35 de la Constitution de 2000 et de 2016 et à la victoire judiciaire du concerné face à la Cour pénale internationale (Cpi). « Désigné candidat, pour la présidentielle 2020, dans les coulisses du choix de Gbagbo. », titre le confrère Le Temps.

L’actualité, c’est aussi la candidature du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci) à la présidentielle d’octobre 2020. « HKB, le plébiscite de la base ! A 100 % les membres des Instances, les sections, les Comités de base désignent Bédié, candidat du Pdci-Rda.», précise le confrère Le Nouveau Réveil.

 

Maxime KOUADIO

Maxime KOUADIO

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome