Côte d'Ivoire : Gbagbo exige son passeport ordinaire ; Ouattara d'accord ; un ultimatum donné au Pdci


29/07/2020
Côte d'Ivoire : Gbagbo exige son passeport ordinaire ; Ouattara d'accord ; un ultimatum donné au Pdci
Alassane Ouattara a donné son ok pour le retour du Pdci à la Cei.

La réforme de la commission électorale indépendante (Cei) et le retour de Laurent Gbagbo à Abidjan dominent l'actualité en Côte d'Ivoire, ce mercredi 29 juillet 2020.

« Après ses demandes infructueuses d'un passeport diplomatique : Gbagbo exige son passeport ordinaire », barre à sa Une Le Temps. Ce journal apprend que l'ancien chef de l'État ivoirien s'est rendu en personne à l'Ambassade de Côte d'Ivoire à Bruxelles pour introduire une demande de passeport ordinaire et d'un laissez-passer, d'après un communiqué de presse de Me Habiba Touré, Avocate de Laurent Gbagbo. « Le Président Laurent Gbagbo compte sur la bonne volonté des autorités ivoiriennes afin qu'il lui soit remis son passeport et un laissez-passer », rapporte ce quotidien.

Le Nouveau Réveil, pour sa part, souligne des engagements pris par le régime. « Réforme de la Cei centrale et des Cei locales : Ouattara d'accord », titre Nouveau Réveil. « Nous sommes d'accord pour dire qu'en application de l'ordonnance du 4 mars 2020, le Pdci peut venir aussi bien au niveau de la commission centrale qu'au niveau des commissions locales, afin que nous puissions refaire les élections au niveau des commissions locales pour tenir compte de cette présence afin que nous puissions arriver à un équilibre tel que souhaité par la Cadhp », a indiqué Hamed Bakayoko, Premier Ministre par intérim.

Mais, L'Inter précise qu'à « moins de 3 mois de la présidentielle : un ultimatum (a été) donné au Pdci ». Rendant compte de la rencontre entre le chef du gouvernement ivoirien (par intérim) et le groupe des diplomates accrédités en Côte d'Ivoire, ce confrère a mis l'accent sur l’ultimatum lancé au parti de Henri Konan Bédié par Hamed Bakayoko. « Il faut qu'on se le dise, la volonté du gouvernement c'est d'organiser les élections au 31 octobre 2020. Donc, par rapport à cela, il faut bien que ces choses se fassent dans un certain délai. Passé ce délai, la Cei sera obligée de tirer les conséquences de la présence ou non du Pdci. C'est important pour nous de prendre à témoin la communauté internationale », rapporte le confrère.

Jonas BAIKEH

Jonas BAIKEH

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2

Videodrome