Côte d'Ivoire

Koua Justin arrêté en marge des manifestations de rue, l’opposition s’en prend au conseil constitutionnel


17/09/2020
Koua Justin arrêté en marge des manifestations de rue, l’opposition s’en prend au conseil constitutionnel

Les médias ivoiriens reviennent, ce jeudi 17 septembre 2020, sur les manifestations et l’arrestation à Korhogo du secrétaire général adjoint et porte-parole du FPI, Koua Justin, sans oublier les observations de l’opposition sur la décision du conseil constitutionnel.

« Koua Justin enlevé hier à son lieu de travail », titre le Quotidien d’Abidjan. Selon le confrère, le secrétaire général adjoint et porte-parole du Front populaire ivoirien, Justin Koua, a été interpellé hier par des éléments de la police. « Et cela, alors qu’il s’apprêtait à se rendre à son service à Korhogo ». Pour ce journal, « il faut noter que cette autre arrestation intervient dans un contexte où le chef de l’Etat sortant Alassane Ouattara a décidé de faire un passage en force pour briguer un 3ème mandat anticonstitutionnel ». Il ajoute que « Ainsi, croit-il pouvoir intimider les leaders de l’opposition et de la société civile qui s’opposent à la forfaiture du régime ».

Même son de cloche chez le confrère Le Temps qui informe que cette arrestation s’inscrit dans la droite ligne des « Menaces contre les opposants ». Ce journal nous apprend que « Pour la direction de son parti (FPI), c’est un enlèvement » et indique que « On lui reproche d’être à la base de l’incendie du bus à Yopougon et des événements à Bangolo ».

Pour Le Temps, « La rue continue de crier sa colère » après « La validation de la candidature illégale de Ouattara ». Il annonce un « Grand meeting de la Société civile à Bonoua ». Selon le confère, « la situation prend une autre tournure » à Bangolo. Car comme il le souligne « Après la répression des deux jours de manifestation, les Forces de l’ordre sont passées à une autre phase. C’est la chasse à l’homme dans la ville ». Si la situation est tendue à Bangolo, elle ne l’est pas moins, selon le confrère, à Ebilassokro, dans la sous-préfecture d’Abengourou, où il y a eu une marche « pour dire non à la validation illégale et anticonstitutionnelle de la candidature de Ouattara ».

Le Nouveau Réveil fait également cas des manifestations contre la candidature de Ouattara. En effet, le confrère qui propose à l’« Opposition, une seule option pour vaincre Ouattara », nous informe que « Les Ivoiriens ont manifesté, hier, encore contre le 3ème mandat illégal ».

Toujours dans le cadre de la présidentielle d’octobre 2020, l’opposition fait le procès du Conseil constitutionnel. En effet, Le Quotidien d’Abidjan nous apprend que « La décision du conseil constitutionnel est nulle et de nul effet » et montre « Comment Koné Mamadou s’est fourvoyé ».

Pour Mabri « Sorti du RHDP et recalé à la présidentielle, le conseil constitutionnel » est « en mission pour Ouattara, héritier de Gon. C’est une honte », nous rapporte Le Nouveau Réveil.

Par ailleurs, d’autres sujets concernant le PDCI-RDA, parti du président Henri Konan Bédié, sont abordés dans les médias proches du pouvoir.

Si Le Patriote et L’Expression indiquent que pour la victoire du président Ouattara, « 1500 femmes du PDCI virent au RHDP », Le Jour Plus nous apprend que « Le PDCI-RDA joue au double jeu avec ses alliés ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.

Adolphe ANGOUA

|

  • SOURCE: Linfodrome

Videodrome