Déstabilisation, CPI, congrès du PDCI

Côte d'Ivoire: danger, danger à l'horizon


01/07/2013
Affaire Gbagbo, présidence du PDCI, menace de déstabilisation et les actions de Mme Dominique Ouattara sont les sujets de notre revue de presse, ce lundi 1er juillet 2013. Bienvenue sur linfodrome.com et bonne lecture !

Menace de déstabilisation

A la Une de L’inter, on lit : « Menace de déstabilisation, un mauvais coup se prépare… Des mercenaires signalés à l’ouest ». L’information émane de Ban Ki-moon qui a signalé dans son dernier rapport que des combattants pro-Gbagbo, avec le soutien de mercenaires libériens, mijotent un coup à l’ouest. Leur soutien financier vient de l’extérieur, a-t-il révélé. Ainsi, L’Expression barre à la Une : « Ban Ki-moon avertit Ouattara : les pro-Gbagbo planifient encore un coup ». Car le secrétaire général de l’ONU a fait remarquer « la persistance de réseaux affiliés à l’ancien régime et visant à déstabiliser le gouvernement, de la présence signalée de mercenaires, d’ex-combattants et d’autres éléments armés dans la zone frontalière avec le Liberia ». Un des « financiers » de ces tentatives de déstabilisation dénoncé, selon le ministre Hamed Bakayoko, a réagi. Il s’agit de Stéphane Kipré, gendre de Laurent Gbagbo. « Je ne peux pas avoir aidé financièrement le commandant Abéhi que je n’ai d’ailleurs jamais rencontré depuis mon départ forcé en exil, dans la mesure où, et le ministre le sait très bien, mes comptes bancaires, tout comme ceux de nombreux partisans de président Gbagbo ont été gelés par le régime Ouattara… », rapportent plusieurs journaux. Quand à Mamadou Ben Soumahoro, il écrit une lettre ouverte au général Philippe Mangou, ancien CEMA de l’armée ivoirienne sous Gbagbo, nommé ambassadeur par Ouattara. Dans l’adresse publiée par Notre Voie, il lui dit : « tais-toi et mange », après que le général ait dit que « Ouattara m’a nommé ambassadeur, c’est la preuve qu’il est bon ». Parlant de « sa trahison », il dira que Mangou a tout simplement trahi par impéritie, par incapacité à assumer ses charges. Il était inapte au commandement ».

Affaire Gbagbo

Dans la perspective de preuves supplémentaires, la procureure de la Cour Pénale Internationale (CPI) pourrait discrètement venir à Abidjan, dit Le Temps. Fatou Bensouda prépare, un « dernier coup » dans la fabrication de fausses preuves contre Gbagbo, titre-il. Selon lui, la façon dont elle et le pouvoir ivoirien veulent s’y prendre, est d’arracher des aveux aux prisonniers par le moyen de la torture, par de faux témoignages des ex-chefs de l’armée de ivoirienne sous Gbagbo. Elle devra aussi rencontrer Soro Alphonse, l’initiateur de la marche des « victimes de Gbagbo », afin de récupérer la cassette de la marche, réaliser des vidéos de personnes se faisant passer pour des victimes. En face de cela, Notre Voie titre : « Gbagbo à un avocat de la CPI : je resterai toujours debout ». L’avocat est le français Norbert Tricaud, défenseur de Jean Pierre Bemba, détenu lui aussi à la CPI. Prenant part à la marche organisée par des femmes patriotes en France, il a révélé : « le président Laurent Gbagbo m’a dit : je resterai toujours debout pour défendre le peuple ivoirien et le peuple d’Afrique. Je resterai toujours debout pour refuser le pillage des ressources d’Afrique… ». A en croire Le Quotidien d’Abidjan, « des juges français prennent position pour Gbagbo ». Selon le journal, l’Élysée s’étant aperçu que l’affaire Gbagbo est une coquille juridiquement vide, a décidé sur proposition de son ministre de la Justice, Christine Taubira, soutenue par d’autres collaborateurs de François Hollande, d’impliquer l’appareil judiciaire français dans ledit dossier.

Présidence du PDCI

Pour le 12e congrès où sera désigné le président du parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Le Mandat et Soir Info instruisent que « les délégués font bloc autour de Bédié » ou encore « Bédié et ses délégués verrouillent tout ». Voici ce qu’ils ont décidé : « Nous, délégués départementaux et communaux du PDCI-RDA, réunis en conclave, ce samedi 29 juin, à Grand-Bassam (…) prenons solennellement l’engagement de tout mettre en œuvre pour que le président Henri Konan Bédié soit porté à la tête du PDCI au sortir du 12e congrès… ». Pendant ce temps, en France où il se trouve, le président Bédié a accordé une interview à Jeune Afrique rapportée par Le Nouveau Réveil. De son président de la jeunesse, le député KKB, qui s’oppose à sa reconduite, Bédié dira que « ses déclarations montrent qu’il cherche à se positionner avant le congrès, mais en réalité, c’est un soldat perdu ». A l’égard de Banny qui, dit-on, sera son adversaire à ce congrès, il lui a demandé de démissionner d’abord de la Commission Dialogue Vérité et Réconciliation, s’il veut briguer la présidence du PDCI.

Action de Mme Dominique Ouattara

Elle avait pour projet la construction d’un hôpital mère-enfant. Désormais, « le ‘’rêve’’ devient réalité », écrit Fraternité Matin. Car le premier pas a été franchi avec le démarrage des travaux, le samedi dernier, à Boingerville. « Ce geste consacre mon rêve tant espéré de voir nos femmes et nos enfants bénéficier des meilleurs soins de santé qui soient, et ce, dans les meilleures conditions… », a déclaré la Première Dame. Et son époux, le Président Ouattara, de confirmer que « c’est un projet formidable qui tient à cœur Dominique Ouattara. L’hôpital mère-enfant est témoignage vivant de sa grande générosité », lit-on dans Le Patriote. Cet ouvrage sera achevé dans seize mois, soit en décembre 2014. Pour cela 4 milliards de F.Cfa ont déjà été mobilisés. Mais il reste encore 1,2 milliards de F.Cfa à mobiliser, indique les journaux.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2