Crise post-électorale 2010

Ouattara veut qu'on oublie; Gbagbo: "la vérité éclatera"


04/07/2013
Bienvenue sur linfodrome.com. Dans notre revue de presse de ce jeudi 4 juillet 2013, nous parlerons de la visite de Ouattara, de Laurent Gbagbo et de la crise à l’Africa Sport. Bonne lecture à tous !

Discours de Ouattara sur la nationalité:

Le Président de la République a tenu son premier meeting de sa tournée dans le district des Savanes. C’était hier à M’bengué. Sur la question de la nationalité, L’Expression affirme que « Ouattara prend Gbagbo à contre-pied ». C’est que le chef de l’État a demandé aux populations du District à adopter l’esprit des Américains des Etats-Unis. « Je rêve d’une chose pour mon pays, c’est que chaque Ivoirien se comporte comme un Américain. Aux Etats-Unis, un Américain ne parle de son origine ou de son pays d’origine. Il est d’abord Américain ». Une vision différente de celle du régime Gbagbo qui disait : « la Côte d’Ivoire aux Ivoiriens », relève le journal. Cette déclaration de Ouattara est vue comme une menace par Notre Voie qui écrit : « Alassane Ouattara a donné hier dans le nord du pays, le type de Côte d’Ivoire qu’il entend imposer aux Ivoiriens. Puisqu’avec empressement, il a conclu son discours à M’bengué en soutenant : « je sais que je peux compter sur vous, populations d’ici, pour que nous puissions entrer dans cette phase ». Mais pour le chef de l’État, il ne fait que marcher dans les pas du premier président ivoirien. « Je suis sur les traces d’Houphouët », a-t-il dit, fait savoir Le Patriote. Appelant la population à vivre dans la paix, Ouattara a déclaré : « vous savez, c’est tellement important la paix pour le développement de nos États. C’est grâce à cette paix que Houphouët a tant fait pour la Côte d’Ivoire (…) Je viens donc vous dire que je suis sur la voie de Félix Houphouët Boigny. Je travaillerai sans relâche pour la paix ». Fraternité Matin affirme donc que le Président de la République a indiqué « le chemin du progrès » aux populations. Car il a dit : « joignons nos mains, travaillons au développement de M’bengué, du District des Savanes et faisons en sorte que la Côte d’Ivoire oublie les années sombres de son histoire ».

Ouattara en campagne pour 2015

Lors de ce premier meeting, le chef d’État a réaffirmé sa volonté de briguer un second mandat. « Ouattara demande la bénédiction de ses parents », lit-on à la Une de Nord-Sud Quotidien. « J’ai décidé de solliciter un deuxième mandat pour continuer l’important travail que nous avons commencé (…) Populations de M’bengué et des Savanes, vous avez un défi : c’est de voter encore mieux et beaucoup plus qu’Odienné aux prochaines présidentielles ». C’est un vote à 100% qu’il a demandé, à en croire Le Mandat. En effet, le Président Ouattara a relevé que « le député a dit que M’bengué a voté pour moi à 97% aux précédentes élections de 2010. Alors là, nous n’avez pas bien voté parce que je suis d’accord que dans notre système, le père est le chef de famille, mais puisque nous sommes dans un nouveau Code de la famille, mes parents maternels d’Odienné ont fait mieux que vous… ». Plusieurs quotidiens ont fait l’écho de cette sollicitation du chef de l’État.

Affaire Laurent Gbagbo

« De retour de La Haye, Miaka livre des confidences sur Gbagbo », titre Soir Info. Selon le quotidien, le président par intérim du Front Populaire Ivoirien qui est revenu de sa troisième visite à l’ex-chef d’État, depuis son transfèrement, a partagé aux membres du Secrétariat général du parti, qu’il a vu un Laurent Gbagbo en bonne santé physique et morale, qu’il n’a pas varié dans sa vision. « Il pense qu’il est engagé dans un combat au bout duquel la vérité sur la crise ivoirienne éclatera », a dit Miaka. C’est pourquoi Notre Voie a titré que « après sa rencontre avec Gbagbo, Miaka ramène de bonnes nouvelles ». En effet, le président intérimaire du FPI a indiqué que « le président Gbagbo se porte très bien. Il salue le travail que nous faisons et croît fermement à l’aboutissement heureux de la lutte des démocrates du monde entier pour le triomphe de la vérité. Nous sommes dans la bonne cadence. Il faut continuer car le jour de la victoire n’est pas loin ». Par ailleurs, la Ligue Ivoirienne des Droits de l’Homme (LIDHO) appelle pouvoir et opposition au dialogue, rapporte L’inter. Car pour cette organisation, « personne n’est mieux placé que le FPI et le pouvoir actuel pour savoir que la crise post-électorale a fortement contribué à entamer le tissu social déjà délétère, eux qui, à quelque titre que ce soit, ont été actifs ou passifs de la crise ».

Crise à l’Africa Sports

« La FIF reconnaît Koné Cheick comme PCA… et le suspend pour 2 ans », un titre de L’Expression qui en dit long sur le conflit à l’Africa Sport. Selon le journal, bien que la Fédération Ivoirienne de Football ait reconnu Koné Cheick comme le PCA du club, comme a tranché la justice, elle lui a infligé une suspension de toutes activités footballistiques sur deux ans. Son crime est le fait d’avoir saisi la justice pour trancher entre lui et le camp de Koné Vagba, en ce qui concerne la gestion du club. Nord-Sud Quotidien, apparemment s’y attendait, puisqu’il écrit que c’est sans surprise que la FIF a infligé cette lourde sanction au PCA de l’Africa Sport. Cette mesure a été arrêtée après que le concerné ait été entendu par la Commission de discipline de la FIF, précise Soir Info.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2