Côte d'Ivoire

Présidentielle 2015: Ouattara menacé par ses alliés d'hier


05/07/2013
Heureux de vous retrouver, chers amis de linfodrome.com. Visite de Ouattara, attaques répétées et la présidentielle de 2015 sont les sujets au menu de notre numéro de ce vendredi 5 juillet 2013. Bonne lecture à tous !

Visite de Ouattara dans le nord

Le président Alassane Ouattara poursuit sa tournée dans le District des Savanes. Hier, il était à Kouto et Tengrela. Le Patriote rapporte qu’il a dit aux populations que « dans deux ans, vous serez émerveillés ». En effet, le chef de l’État a situé la raison de sa visite en indiquant à cette population : « Je suis venu vous dire merci de m’avoir fait confiance en 2010. Je vous demande de me faire toujours confiance. Parce que la Côte d’Ivoire est au travail. La paix et la sécurité sont revenues. Vous serez émerveillés dans deux ans, quand vous verrez le nouveau visage de la Côte d’Ivoire. Ce que nous avons fait en deux ans, nous devons le multiplier par deux au cours des deux prochaines années. Nous devons faire plus ». La paix étant le socle du développement, le Président Ouattara a invité les populations à la réconciliation. « Je connais les petits problèmes entre Kolia, Gbon et Kouto. Et je voudrais profiter de cette tribune pour demander aux enfants de la région de vous retrouver. Retrouvez-vous, rassemblez-vous ! Car dans 50 ans, il n’y aura plus de terres libres entre ces trois villes. Ce sera la même grande ville… ». Plus loin, il dira « je voudrais qu’on insiste sur la nécessité de réconcilier nos concitoyens. Cela est important parce qu’un pays doit être en paix et en sécurité. Nous devons tourner la page sur les divisions du passé, et faire en sorte que les Ivoiriens réapprennent à s’aimer, à se pardonner. Car cette crise a été terrible… ». Lors de ces meetings, le chef de l’État a, à en croire Notre Voie, laissé entrevoir qu’il veut plus favoriser le nord. Il écrit à la Une que « après le rattrapage ethnique, Ouattara annonce rattrapage régional ». Et pour cause, le journal pro-Soro Guillaume, Nord-Sud Quotidien, a titré hier que « le chef de l’État dénonce l’injustice faite au nord ». En effet, dit-il, Alassane Ouattara a affirmé que « le nord n’a pas eu sa part de rétribution nationale ». Il lui faut « un léger plus pour rattraper son retard qui est visible, réel et concret ». Avec ces propos, le journal affirme que les vieux démons du tribalisme sont de retour.

Attaques répétées

« Après les attaques de Kong et de Tengrela, un grave danger guette le régime. Un proche de Ouattara prévient », lit-on à la Une de LG Infos. Ce proche se nomme Samba Koné, ex-combattant pro-Ouattara et ex-président du Congrès des jeunes du Nord, membre influent de la brigade de dignité d’Abobo. Dans une intervention qu’il a faite dans L’inter, le mercredi juillet dernier, il a fait savoir que « les ex-combattants pro-Ouattara et le commando du nord frapperont bientôt le régime Ouattara ». Car pour lui « le régime Ouattara ne prend pas au sérieux les soulèvements des ex-combattants pro-Ouattara démobilisés, à qui on a fait des promesses mirobolantes qui, jusque-là, n’ont pas été tenues. Mais ceux-ci pourraient passer à l’offensive bientôt… ». Pour L’inter, avec « ces mystérieux commandos qui défient la République, le désarmement plus que jamais à l’ordre du jour ». Le quotidien relève que l’attaque du cortège de Fidèle Sarrasoro, Directeur général de l’Autorité pour le Désarmement, la Démobilisation et la Réinsertion (ADDR), le lundi 1er juillet dernier, replace le désarmement au coeur du processus de paix et de sécurisation. Il écrit que cette attaque qui vient en rajouter à la longue liste d’attaques enregistrées depuis la fin de la crise post-électorale, indique en effet que le désarmement est le passage obligé pour la sécurité en Côte d’Ivoire. Pendant ce temps, ceux-là mêmes qui doivent sécuriser le pays sont en train de se bagarrer. Il s’agit des gendarmes et FRCI. Nord-Sud Quotidien informe que la tension entre les deux corps d’armée dans la commune d’Abobo est montée d’un cran, après qu’un gendarme ait tué un militaire à bout portant.

Présidentielle de 2015

Au cours de sa tournée au nord, le chef de l’État ne cesse de dire à la population qu’il sera candidat à l’élection présidentielle de 2015. Mais à Kouto, il s’est prononcé sur son état de santé à ce propos, rapportent L’Expression et bien d’autres journaux. En effet, Alassane Ouattara a rassuré sur son bon état de santé. « Chers parents, je suis venu vous saluer pour vous dire que je suis en pleine forme et en bonne santé. C’est pourquoi j’ai décidé de solliciter un deuxième mandat en 2015 ». Une élection qui sera compromise si le PDCI, son allié, élevait un candidat contre lui. Hors là-dessus, les militants PDCI sont divisés. Alors que le président du Parti, Henri Konan Bédié, souhaite que Ouattara soit le candidat unique de leur alliance, d’autres refusent. Dans Soir Info, Dr Ehoussou, président du courant ‘‘ PDCI-nouvelle vision’’ « met le feu », titre le journal. En effet, l’homme a dit que « Bédié est coincé ». Et, à ceux qui accusent le député KKB de mettre les bâtons dans les roues de Bédié, il dira : « KKB ne dit pas n’importe quoi. Ceux qui disent n’importe quoi sont ceux qui, pour leur pitance, cherchent à distraire les militants ». Or sur KKB, un « document-vérité » dans Le Mandat fait de « graves révélations ». Il est écrit par un des ses proches, Pierre N’da Kouamé. Il affirme que « les Bédiéistes de l’an 2000 ne suivront pas KKB dans ses mauvaises manœuvres de déstabilisation du PDCI, et la défiance à Bédié. Si KKB pense rééditer l’exploit de l’an 2000, il se trompe lourdement d’époque et de cause. Il ne réussira pas le « parricide » commandité ou non d’écarter Bédié.

César DJEDJE MEL

|

  • SOURCE: Linfodrome

1 | 2