Côte d'Ivoire

Tiken Jah se joint à la grogne sociale, les témoins accablent Simone Gbagbo

Publié le Modifié le
tiken-jah-se-joint-a-la-grogne-sociale-les-temoins-accablent-simone-gbagbo
Revue de presse

Bonjour et bienvenue chers amis de Linfodrome. Votre revue de presse du 22 juillet 2016 est disponible. Bonne lecture et bon début de week-end.

Tiken Jah se joint à la grogne sociale

La grogne populaire contre des décisions étatiques notamment celle relative à la question de l'électricité est au cœur de l'actualité de ce jour. « Factures d'électricité : La vraie raison de la grogne des populations », titre en co-une L'Inter. Félix Bony explique qu'au delà du délai accordé aux populations pour le paiement de leurs factures, la raison de la colère de celles-ci réside dans la hausse qu'a connu le coût de leurs dernières factures d’électricité, excédant parfois de loin les 10% annoncés.

Pour ce qui est de la fixation du coût de l'électricité, véritable source de cette protestation, la Compagnie ivoirienne d'électricité et le gouvernement se renvoient les responsabilités.

Le concessionnaire indique que ce prix est fixé conformément aux dispositions d'un arrêté interministériel des ministères de l'économie et des finances et de celui du pétrole de l'énergie. Le gouvernement de son côté a nié toute responsabilité dans les décisions de la Cie. « Notre mission, est de protéger les populations, donc nous n'allons pas être complices des décisions arbitraires ou mal appliquées quine vont pas dans le sens des intérêts de la population », avait souligné le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, cité par le journaliste.

La prise de position de Tiken Jah Fakoli face à ces mouvements de grogne a intéressé Le Temps. L'organe proche de l'opposition a titré à cet effet, « La révolte s'intensifie contre le régime/ Désillusionné, Tiken Jah lâche une bombe ».

Le post facebook, censés être des paroles de son prochain titre, où il dénonce le discours utopique et la mal-gouvernance est selon le confrère une interpellation de l'artiste au pouvoir à stopper l'hémorragie. Des paroles qui présentent des similitudes avec la situation socio-politique en Côte d'Ivoire à savoir la crise à l'université, la guerre de succession au sein de la coalition au pouvoir, entre autres.

Soir Info reste sur cette sortie du reggaeman ivoirien en barrant à sa Une : « Grogne sociale en Côte d'Ivoire : Tiken Jah se révolte contre le pouvoir Ouattara ». Le journal apprend est revenu sur les paroles de « Utopie », le titre que l'artiste a annoncé pour bientôt. « De l'utopie au sommet de nos gouvernements. Il n' y a jamais eu de changement. C'est de l'utopie », déclare le musicien.

Dans ses propos rapportés par le journal, l'artiste évoque entre autres une guerre de succession qui couve au sommet de l'état, les guerres ethniques et l'incompétence des acteurs de l'administration publique

Simone Gbagbo et les témoignages.

Le défilé des témoins dans le cadre du procès de Simone Gbagbo a aussi occupé un pan de l'actualité de cette fin de semaine. « Tuerie des 7 femmes d'Abobo : Un nouveau témoin confond Simone Gbagbo », marque Nord-Sud quotidien.

Le confrère est revenu sur le témoignage de Yacouba Ouattara, lors des assises le jeudi 21 juillet. L'homme qui dit avoir aidé au transport de 4 des sept femmes tuées à Abobo en mars 2011, s'est offusqué de ce qu'on doute de la véracité de ces faits. Aussi, aurait-il produit plusieurs documents dont un certificat de décès pour corroborer ses dires.

A LG Infos, le témoignage du 5e témoin est autrement interprété. « Procès de Simone Gbagbo, Le témoin craque et fait de graves aveux », titre le journal. L'organe proche de l'opposition a relayé les « déclarations contradictoires » du témoin.

Les déclarations de M. Ouattara seraient en effet différentes de celles faites lors de ces précédentes dépositions, en ce qui concerne les circonstances de la mort des femmes. « C'est à la mairie d'Abobo qu'on nous a remis ce certificat de décès... Nous avons demandé au Rhdp de nous donner des certificats de décès », a répondu le témoin suite à la question de la défense de connaître les circonstances dans lesquels il a obtenu ledit document.

«Les dépositions peu concises de ces derniers témoins obligent le juge à suspendre l'audience qui va reprendre lundi 25 juillet prochain », a noté le journaliste Marcel Desogno.

Alassane SANOU

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.