Côte d'Ivoire

Présidentielle 2020 : Dabou assiégé au moment où l’opposition demande d’intensifier la désobéissance civile, le gouvernement veut dialoguer

Revue de presse
Publié le Source : Linfodrome
presidentielle-2020-dabou-assiege-au-moment-ou-l-opposition-demande-d-intensifier-la-desobeissance-civile-le-gouvernement-veut-dialoguer

Les médias ivoiriens ont consacré ce jeudi 22 octobre 2020 leurs publications aux affrontements à Dabou, à la sortie de Pascal Affi N’guessan appelant à intensifier la désobéissance civile et au dialogue entre le gouvernement et l’opposition.

A quelques jours de la présidentielle 2020, alors que les candidats Alassane Ouattara et Kouadio Konan Bertin dit KKB sont en pleine campagne, certaines régions du pays sont en ébullition, suite à l’appel à la désobéissance civile lancée par les plateformes de l’opposition ivoirienne. Après Bongouanou, les villes de Bonoua et de Dabou sont devenues le théâtre des affrontements entre autochtones et allochtones. La région du Leboutou était particulièrement à feu et à sang, le mercredi 21 octobre 2020, et il a fallu y déployer des chars pour ramener un tant soit peu le calme.

« Dabou à feu et à sang, hier : Des chars contre les populations aux mains nues », titre Le Quotidien d’Abidjan, journal proche de l’opposition qui annonce « Plusieurs morts, des blessés graves et des biens détruits ».

Pour Le Temps, autre quotidien proche de l’opposition, « Dabou » est une « ville assiégée ». Le confrère nous apprend que « La ville de Dabou, selon des informations en provenance de la capitale du Leboutou, est assiégée depuis hier mercredi 21 octobre 2020, par les forces de défense et de sécurité. Cette présence massive des forces est d’éviter un affrontement ».

Pour sa part, le confrère L’inter, quotidien indépendant nous annonce l’instauration d’un « Couvre-feu à Dabou » « à quelques jours de la présidentielle ». Selon le confrère, « Des jeunes en majorité, vêtus pour certains en rouge [symbole du guerrier] ont constitué des groupes pour, disent-ils, ‘’venir se défendre contre des agresseurs’’ qui auraient pris en otage leur ville : ‘’Nous sommes venus marcher, eux, ils sont venus nous agresser’’, déclarait un jeune manifestant surexcité, dans une vidéo, tandis que les forces de l’ordre tentaient de calmer les ardeurs ».

Rapportant les propos d’Adama Bictogo, directeur national de campagne RHDP, L’Expression nous informe que « Dabou, c’est du terrorisme…L’Etat va sévir ». Selon le confrère, Bictogo a fait cette déclaration, le mercredi 21 octobre 2020, au siège du RHDP des II Plateaux Vallons où il a fait le point de la campagne. « Ce qui se passe à Dabou est la conséquence de l’appel de Soro à travers Ben Souk. L’opposition recherche un affrontement communautaire. L’Etat va sévir ».

La presse ivoirienne s’est également appesantie sur la conférence de presse du président du FPI, Pascal Affi N’guessan, tenue le mercredi 21 octobre 2020, au siège du PDCI-RDA.

Sur ce sujet, Le Temps barre à sa Une « Manifestations contre le 3ème mandat/ Affi : ‘’Abidjan va bouger, le fruit va tomber’’… » et rapporte que « Il faut intensifier la désobéissance civile ».

Dans la même dynamique, Le Quotidien d’Abidjan titre. « Conférence de presse de l’opposition, hier/ Affi : ‘’Quand Abidjan va bouger, le fruit va tomber’’ ». Toujours selon ce confrère qui rapporte les propos de Pascal Affi N’guessan, « Il y aura forcément une transition », « Il n’y aura pas d’élection le 31 octobre », « Nous ne participerons pas à une rencontre avec le pouvoir sans l’ONU ».

Le Nouveau Réveil, quotidien proche du PDCI-RDA abonde dans le même sens, en rapportant les propos d’Affi N’guessan qui a parlé « au nom de toute l’opposition face à la presse, hier : ‘’Le 31 octobre, nous passons à la transition, si… ».

Le 3ème sujet qui revient dans la presse ivoirienne est le dialogue entre le pouvoir et l’opposition. « Un important message du gouvernement est tombé, hier », selon le quotidien indépendant Soir Info qui ajoute que « Ouattara (est) prêt à rencontrer Bédié ». Le confrère nous apprend que « Dans un communiqué publié, le mercredi 21 octobre 2020, le gouvernement a annoncé sa disponibilité à accéder aux requêtes de l’opposition sur la recomposition de la commission électorale indépendante (CEI) centrale et des CEI locales »

A propos « Du dialogue politique avec l’opposition », Le Patriote, quotidien proche du RHDP, nous apprend que « Le gouvernement tend la main…Et fait des concessions ». Même son de cloche pour L’Expression. « Dialogue politique, hier à la Primature : Le PDCI va reprendre sa place à la CEI ».

 

Adolphe Angoua

Sauf autorisation de la rédaction ou partenariat pré-établi, la reprise des articles de linfodrome.com, même partielle, est strictement interdite. Tout contrevenant s’expose à des poursuites.