Côte d’Ivoire

Investiture de Ouattara : des chefs d’État annoncés ; déjà la grande effervescence ; Gbagbo déclare la guerre

Revue de presse
Publié le Source : Linfodrome
investiture-de-ouattara-des-chefs-d-etat-annonces-deja-la-grande-effervescence-gbagbo-declare-la-guerre Le retour annoncé de Laurent Gbagbo donne de la fièvre à de nombreux Ivoiriens.

L’investiture prochaine d’Alassane Ouattara est au coeur des débats, ce mercredi 9 décembre 2020 comme l’indique la presse ivoirienne. Qui n’a pas passé sous silence la grande effervescence liée au projet de retour au bercail de Laurent Gbagbo.

« Investiture d’Alassane Ouattara le 14 décembre: voici les chefs d’État annoncés », barre à sa Une L’expession. Ce journal confirme la présence de Nana Akufo-Addo, président en exercice de la Cedeao, du Guinéen Alpha Condé, du Sénégalais Macky Sall. Jean-Yves Le Drian sera l’envoyé spécial du président français, Emmanuel Macron.

Le Temps, pour sa part, met en avant le projet de retour au bercail de l’ancien chef de l’État, Laurent Gbagbo. « Déjà la grande effervescence », souligne le confrère. Ayant maintenant son passeport, le président Laurent Gbagbo envisage de rentrer en Côte d’Ivoire, au cours du mois de décembre 2020. Comment les Ivoiriens ont-ils accueilli cette information ? Qu’entendent-ils faire pour son retour ? Le Temps a mené ses investigations.

Pour Le Jour plus, « A peine a-t-il reçu ses passeports : Gbagbo déclare la guerre au camp Affi ». Selon ce quotidien, « plus qu’une simple bataille politique, c’est à une véritable guerre que les dirigeants et militants du Front populaire ivoirien (Fpi) des deux camps (Affi et Gbagbo) se préparent. Le combat s’annonce épique ».

Quand Soir Info met l’accent sur « ceux qui sont gênés » par le retour de l’ex-chef de l’État en Côte d’Ivoire. « Si de nombreux partisans de Laurent Gbagbo attendent, impatiemment qu’il refoule le sol de son pays, ce n’est pas le cas de ceux de ses proches qui ont juré qu’il avait pris un « billet aller » pour la Haye. Certains sont restés au sein du Front populaire ivoirien (Fpi) mais soutenaient, mordicus, que leur leader ne reviendra plus. D’autres qui ont « tourné la page Gbagbo », ont carrément rallié des partis dont le Rhdp », a analysé ce journal indépendant.

Jonas BAIKEH