Côte d’Ivoire

Le procureur sur les traces des tueurs du jeune décapité ; la tonne de cocaïne saisie incinérée ; le régime rattrapé

Revue de presse
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
le-procureur-sur-les-traces-des-tueurs-du-jeune-decapite-la-tonne-de-cocaine-saisie-incineree-le-regime-rattrape Le procureur est aux trousses des tueurs du jeune décapité de Daoukro.

Le procureur de la République sur les traces des tueurs du jeune décapité de Daoukro, informe la presse ivoirienne ce mercredi 3 mars 2021. Qui ajoute que la tonne de cocaïne saisie a été incinérée. Par ailleurs, la campagne pour les législatives bât son plein. Si pour certains confrères, le régime est rattrapé par ses fausses promesses, pour d’autres l’opposition monte en puissance.

« Violences post-électorales à Daoukro : Le procureur sur les traces des tueurs du jeune décapité », barre à sa Une L’inter. Le confrère fait savoir que 5 personnes ont d’ailleurs été interpellées. « L’unité spéciale dirigée par le procureur de la République, Richard Adou, a effectué des missions au mois de février, notamment à Daoukro, Bongouanou et Mbatto. L’unité spéciale d’enquête créée par décret en novembre dernier pour faire la lumière sur les violences qui ont émaillé le scrutin présidentiel ivoirien du 31 octobre poursuit ses investigations (…) L’unité spéciale a notamment enquêté sur la décapitation de N’guessan Koffi Toussaint, 34 ans, tué le 9 novembre », rapporte le confrère.


«Lutte contre les stupéfiants : La cocaïne saisie dans la nuit du 24 au 25 février à Angré, a été détruite par incinération », souligne Fraternité Matin. Qui cite le Général Apalo Touré : « La Côte d’Ivoire ne sera pas une voie pour le trafic de drogue ».

Parlant des législatives, le Quotien d’Abidjan soutien que « le régime (est) rattrapé par ses fausses promesses ». Selon lui, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) aborde la campagne législative sur fond des promesses non tenues.

Pour sa part, Le Nouveau Réveil est convaincu que « l’opposition monte en puissance ».


Jonas BAIKEH