Pdci, l'implosion devient inévitable, un lieutenant de Soro se lâche, des révélations sur les assaillants de N'Dotré

Revue de presse
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
pdci-l-implosion-devient-inevitable-un-lieutenant-de-soro-se-lache-des-revelations-sur-les-assaillants-de-n-dotre Les choses ne vont pas bien au sein du parti d'Henri Konan Bédié.

L'actualité sociopolitique de ce lundi 26 avril 2021 en Côte d'Ivoire est dominée par la crise au sein du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci-Rda). Il y a également un lieutenant du président de Générations et peuples solidaires (Gps), Soro Guillaume, qui s’est lâché dans une interview exclusive, ainsi que les révélations d'un magistrat sur les assaillants qui ont attaqué le Camp d'Abobo N'Dotré. Les tabloïds Ivoiriens en ont fait un large écho.

L’atmosphère est critique au sein du parti d’Henri Konan Bédié depuis quelques semaines. « Le parti de Bédié est au bord de l’implosion », écrit le quotidien Le Matin ce lundi 26 avril 2021. Il explique que « ce n’est pas exagéré de le dire tant la situation est crispée, tendue, et semble irrémédiablement compromise ». Deux camps sont opposés. Le journal rappelle que le jeudi 22 avril 2021, il y a eu des affrontements à la machette au siège du Pdci-Rda à Abidjan-Cocody. Des affrontements qui ont fait quelques blessés légers. « Mais il faut le reconnaître, ces incidents en ont rajouté au climat de méfiance et de suspicion, renforcé par les clivages au sein d’un parti qui semble perdre ses repères et qui n’a plus de perspectives », souligne le confrère. D’un côté il y a des irréductibles parmi les fidèles d’Henri Konan Bédié qui souhaitent « faire sauter le verrou Guikahué, coupable, selon eux, des échecs du parti ». De l’autre, il y a le secrétaire exécutif en chef du vieux parti, Maurice Kacou Guikahué, qui résiste tant bien que mal à ses nombreux détracteurs. Il entend rester droit dans ses bottes. Le quotidien Le Matin barre à sa Une : « Après les graves incidents de la semaine dernière : Pdci, l’implosion devient inévitable ! ».

 

Pendant ce temps, un lieutenant de Soro Guillaume, Hugues Lago, président du Congrès national des soroïstes (Cnds), a craché ses vérités dans une interview publiée par le journal L’inter ce lundi. Il s’est prononcé sur les défections de Soro Kanigui et Alphonse Soro. Libéré le dimanche 18 avril 2021 suite à son séjour à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (Maca), l’homme a rassuré qu’après 5 mois de détention en prison, il n’a pas abandonné ses convictions politiques. « Nous n’avons rien monnayé et nous ne vendrons jamais nos convictions. Mon amour pour Guillaume Soro est et demeure fort, très fort. Et je vous le dis : pour Guillaume Soro, je referai la prison si cela était nécessaire », a martelé le président du Cnds. Sur les cas Soro Kanigui et Alphonse Soro qui ont quitté le navire Gps au profit du Rhdp, Hugues Lago a déclaré : « Nous (lui et les membres de son mouvement, ndlr) sommes et restons soroïstes. Nous avons engagé un combat pour la démocratisation de la Côte d’Ivoire ». Il a par ailleurs annoncé pour le 09 mai 2021, une manifestation dans l’une des communes d’Abidjan en hommage à Guillaume Soro. Le confrère de L’inter a titré à sa Une : « Interview exclusive / Après 5 mois de détention : Un lieutenant de Soro se lâche : « Nous n’avons rien monnayé ».

 

Ce même lundi, d’autres quotidiens ivoiriens sont pour leur part, revenus sur l’attaque de la base militaire d’Abobo N’Dotré. Dans la nuit du mardi 20 au mercredi 21 avril 2021, le 2e bataillon projetable d’Anonkoua-Kouté a été la cible d’assaillants qui selon les informations officielles seraient des libériens. Le Journal Soir Info a rapporté la position du gouvernement libérien de Georges Weah, et ce qui a été décidé avec la Côte d’Ivoire. Des révélations d’un magistrat sur les assaillants du camp militaire ont également été évoquées. Le confrère a informé qu’une délégation libérienne sera dépêchée à Abidjan prochainement. « Dans un communiqué signé du ministre libérien de la Communication, Ledgerhood Julius Rennie, le gouvernement libérien a condamné cette attaque et assuré de sa volonté à faire la lumière sur l’affaire », a écrit Soir Info. Le journal ajoute que le procureur général près la cour d’appel de Daloa a démenti l’implication d’ex-prisonniers de la prison de Sassandra dans l’attaque d’Abobo N’Dotré. « Aucune des deux (02) personnes de nationalité libérienne, actuellement en détention à la Maison d’arrêt et de correction de Sassandra, n’en a été extraite, encore moins pour des fins alléguées », a révélé le procureur. Soir Info a barré à sa grande Une : « Après l’assaut meurtrier contre la base militaire d’Anonkoua-Kouté : Voici la position du gouvernement libérien de Georges Weah, ce qui a été décidé avec la Côte d’Ivoire ».

 

Eddy BIBI