Côte d’Ivoire : La date du dialogue politique connue, le recensement de la population prorogé au 14 décembre, des élèves défient Mariatou Koné

Publié le Modifié le
cote-d-ivoire-la-date-du-dialogue-politique-connue-le-recensement-de-la-population-proroge-au-14-decembre-des-eleves-defient-mariatou-kone Premier Ministre Patrick Achi
Revue de presse

Les médias ivoiriens en ce mercredi 8 décembre 2021, font large écho de la date du prochain dialogue politique et de la prorogation du recensement général de la population et de l’habitat.

Comme l'a promis le Premier Ministre Patrick Achi lors de son premier oral en novembre dernier, le 16 décembre est la date choisie par le gouvernement ivoirien pour ouvrir le dialogue politique afin de permettre aux leaders politiques de se parler sur les activités politiques du pays.

« Réconciliation nationale et cohésion nationale, dialogue politique, voici la date retenue », met à sa grande Une Le Nouveau réveil en posant des questions à savoir si les trois dinosaures de la politique ivoirienne (Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara) seront de la partie. « Les grandes préoccupations de Bédié ».

 « Ouverture du dialogue politique, la date connue », publie aussi Soir Info. « Situation socio-politique, le dialogue politique démarre le 16 décembre, les participants et les sujets à aborder », a écrit le journal L’Inter. Selon le confrère cette rencontre politique va réunir plusieurs partis politiques. Et des sujets seront abordés parmi lesquels il y a la préparation des élections locales de 2023, et l’entrée d’un représentant du PPA-CI à la commission électorale indépendante (CEI).

En ce qui concerne le recensement général de la population, la ministre du Plan et du Développement Nialé Kaba a annoncé la prorogation du RGPH 2021 au 14 décembre de l’année.

« 5è recensement général de la population et de l’habitat, l’opération prorogée comme l’a exigé le PDCI-RDA », souligne Le Nouveau Réveil.

Une autre actualité en lien avec l’éducation nationale, c’est le phénomène des congés anticipés devient une réalité avec les perturbations des cours chaque année à l’approche des congés de fin d’année.


« Phénomène des congés anticipés dans plusieurs villes, des élèves défient le gouvernement », publie Le Nouveau Réveil soulignant que des élèves ont saccagés des infrastructures dans des villes notamment Taabo et Oumé.

« Phénomène des congés anticipés, un sociologue explique tout, un prêtre situe les responsabilités », affiche dans l’une de ses colonnes L’Inter.

Sandra Kohet