Instauration des mesures de gratuité de soins et de médicaments: Les ESCOM réclament de l'Etat le paiement intégral des arriérés


02/05/2012
Instauration des mesures de gratuité de soins et de médicaments
L'instauration des mesures de gratuité totale à la gratuité ciblée des soins initiée par le président Alassane Ouattara, au lendemain de la crise post-électorale a certes été opportune et reste encore salvatrice pour les populations, mais est dommageable pour les prestataires de soins que sont les Établissements de Santé Communautaire (ESCOM).

C'est ce qui ressort de la conférence de presse animée par le collectif des Établissements de Santé Communautaire pour la défense de leurs droits le vendredi 30 avril dernier à Yopougon. Au nombre des préjudices qui mettent en péril la survie de leur structures, ils ont relevé entre autres, le non paiement des salaires de leurs employés depuis 04 mois, le non paiement des redevances par l’État depuis le 16 avril 2011, date de démarrage de la gratuité des soins et l'enlèvement de leurs compteurs d'eau et d'électricité par les entreprises qui ont en charge la gestion de ces services publics. Après des démarches infructueuses auprès du ministère de tutelle, explique le président du collectif des ESCOM, Bakayoko Abdoulaye, ils ont le regard tourné vers le gouvernement en lui soumettant des propositions pour sauver, à la fois les ESCOM, et la politique de gratuité initiée par le chef de l’État. Pour ce faire, ils réclament le paiement intégral des 04 mois d'arriérés, le paiement systématique des salaires des employés à partir du 05 du mois, le paiement de la redevance pour la période de la gratuité totale et de la gratuité ciblée, à savoir 12 mois, la prise en compte définitive des factures d'eau et d'électricité pour éviter les enlèvements de compteurs et la mise en place d'un cadre permanent d'échange entre l’État et le collectif. Pour eux, la satisfaction de ces préoccupations permettra de sauver la santé communautaire afin d'éviter une catastrophe humanitaire en Côte d'Ivoire quand on sait leur contribution dans le bon fonctionnement du système sanitaire.

Barro Lahassana (Stg)

Barro Lahassana

|

  • SOURCE: L'inter

1 | 2