Interview/ Surveillance épidémiologique, santé publique, Covid-19

Professeur Mireille Dosso (Directrice de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire) à cœur ouvert : « Les chiffres annoncés par le ministère de la Santé sont réels, vrais »

Publié le Modifié le
professeur-mireille-dosso-directrice-de-l-institut-pasteur-de-cote-d-ivoire-a-coeur-ouvert-les-chiffres-annonces-par-le-ministere-de-la-sante-sont-reels-vrais En Afrique, il y a 17 pays dont la Côte d’Ivoire qui hébergent un laboratoire de l’Institut Pasteur reconnu par l’Oms au sud du Sahara, selon Professeur Mireille Dosso...
Santé

Professeur de Microbiologie, Mireille Dosso est la directrice de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire depuis 2004. Cet institut joue un rôle stratégique dans la gestion, la veille et la surveillance des épidémies en territoire ivoirien depuis sa création en 1972. Dans cette interview, elle explique les actions de recherches, les projets et les efforts réalisés pour la santé des populations notamment la gestion de la Covid-19.

Comment l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire s’est-il organisé pour gérer la crise sanitaire de la Covid-19 ?

Dès que nous avons entendu parler des premiers cas en Chine, nous avons pris les dispositions pour être en capacité de faire le diagnostic. L’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire a mis au point le diagnostic de laboratoire. Nous avons renforcé les capacités d’équipements et formé en matière de ressources humaines particulièrement à certains concepts de biologie moléculaire, mais également au niveau de la conservation des échantillons qui vont être analysés à l’institut. Nos agents disposent d’un avantage en terme de formation dans le cadre des diagnostics de ce virus respiratoire. C’est pour cela que nous avons pu être en capacité de faire les tests.

Vos équipements sont-ils adaptés pour faire face aux épidémies ?

Certains des appareils ont été acquis de l’Agence française de développement (Afd) pendant l’épidémie d’Ebola, et qui servent maintenant à gérer l’épidémie de la Covid-19. On est toujours prêts quand il y a une épidémie. On a les hommes et les machines. Il faut juste acheter les réactifs spécifiques du virus en question pour réaliser les tests.

Parlant d’un nouveau virus, était-il aisé pour vous de disposer des réactifs en vue de faire les tests ?

Membre du Réseau international de l’Institut Pasteur (Riip), le début du mois de janvier 2020, nous avons reçu dans nos boites e-mails le protocole détaillé de la prise en charge de la Covid-19 mais également tous les tests détaillés. Spontanément, nous avons reçu les premiers lots pour faire les premiers diagnostics. Les premiers réactifs que nous avons reçus sont ceux de l’Institut Pasteur de Berlin. Le deuxième lot de réactifs est arrivé de l’université de Hong-Kong où se trouve un Institut Pasteur. Le troisième lot nous est arrivé de l’Institut de Johannesburg en Afrique du Sud. Toutes ces dotations ont été spontanées. Il faut dire que le directeur administratif de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire n’a pas hésité à acheter sur fonds propres des réactifs à hauteur d’un million de fcfa. L’ensemble de ces dons et la réactivité ont permis à l’Institut Pasteur de faire le diagnostic jusqu’à 3 semaines.

Comment êtes-vous parvenu à poursuivre la gestion de la pandémie concernant le traitement des prélèvements jusqu’à ce jour ?

 

Lire l'interview dans L'inter 5 juin 2020