Côte d'Ivoire

Menace de grève: Voici la nouvelle demande des agents de Santé

Santé
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
preavis-de-greve-voici-la-nouvelle-demande-des-agents-de-sante Les agents contractuels et assimilés de la santé prévoyent une grève, si rien n'est fait.

Comme l'épée de damoclès, une menace de grève plane sur le secteur de la santé en Côte d'Ivoire. Cette menace provient des Agents déflatés de la santé et contractuels de Côte d’Ivoire (Synades) qui soutiennent que les lignes n'ont pas bougé à leur niveau, trois (03) mois après la suspension du mot d’ordre de grève en vue de la satisfaction de leurs revendications. Ce, malgré les promesses faites par les autorités ivoiriennes. Après ce constat, le secrétariat général dudit syndicat a produit un préavis de grève, le jeudi 06 août 2020. Dans ce courrier, ces agents de la santé demandent leur intégration à la Fonction Publique.

Menaçant de faire une nouvelle grève, les agents contractuels et assimilés de la santé revendiquent leur intégration à la Fonction Publique. « Les membres du Synades ont donné quitus au Bureau exécutif national du syndicat, d’user de tous les moyens procéduraux, pour la prise en compte de notre revendication majeure qu’est notre intégration à la Fonction Publique », relais ce communiqué dont Linfodrome a reçu copie.

Pour le secrétaire général dudit syndicat, Hubert Kpansai, cette nouvelle revendication fait suite à la non-tenue des promesses prises par les autorités ivoiriennes dans l'intention d'alléger les souffrances dans la vie socio-professionnelle de ces contractuels et assimilés de la santé. « Aujourd’hui, trois mois après la suspension du mot d’ordre de grève en vue de la satisfaction de nos revendications conformément aux engagements de la tutelle, force est de constater que les choses sont restées intactes.», lit-on dans le préavis de grève.

Rappelons, par ailleurs, que les syndicalistes revendiquaient il y a trois (03) mois, l’octroi d’une indemnité de risques sanitaires et d’une couverture maladie, le paiement de la prime Covid-19, le paiement avec effet financier n° 2020012/MEPS/CAB du 30 janvier 2020 portant revalorisation des primes mensuelles de transport des travailleurs du secteur privé, le paiement de la revalorisation catégorielle et le paiement du rappel du Smig. À cela, il faut ajouter désormais la prime Covid-19 qui, selon le communiqué, a un caractère discriminatoire et accuse du retard dans le paiement. Pour terminer, cette note indique que des agents enregistrent, pour la plupart, au minimum deux (02) mois de salaires impayés.

Mélèdje Tresore