Lutte contre le sida : Pr Ehui Eboi (Dc de Pnls) prévient « le sida n’a pas disparu de la Côte d’Ivoire »

Santé
Publié le Modifié le Source : Linfodrome
lutte-contre-le-sida-pr-ehui-eboi-dc-de-pnls-previent-le-sida-n-a-pas-disparu-de-la-cote-d-ivoire Pr Ehui Eboi, directeur coordonnateur du Programme national de lutte contre sida.(PhDr)

La lutte contre la maladie dite du siècle est loin d’être fini en Côte d’Ivoire. Le Directeur coordonnateur du Programme national de lutte contre sida, Pr Ehui Eboi met en garde la population ivoirienne sur le risque d’infection du sida qui demeure présent.

Lors de la cérémonie de remise de clé usb sur laquelle figure le film institutionnel du Programme national de lutte contre le sida (Pnls) par l’entreprise Syl, Pr Ehui Eboi a profité pour interpeler les populations sur la présence du sida. La pandémie de la Covid-19 n’a pas fait disparaitre les mouvements du Vih.

« Malgré la pandémie de la Covid-19, le sida n’a pas disparu de la Côte d’Ivoire. Il faut que la population le sache. Le sida est toujours présent dans la population, le sida est toujours là » a martelé l’infectiologue le mardi 12 janvier 2021 au siège du Pnls à Treichville.

Sida : Une entreprise apporte son aide au Pnls dans sa communication

Néanmoins, le directeur coordonnateur a révélé une tendance à la baisse au niveau des différents indicateurs de la maladie en Côte d’Ivoire. ces indicateurs sont, la prévalence, le nombre de nouvelles infections et le nombre de décès. « Si on fait un test de prévalence de sida dans la population, sur 100 personnes il y aura 2 personnes qui sont infectées par le VIH en 2020. Alors qu’il y a dix ans, on avait 4 à 5 personnes infectées. C’est-à-dire qu’il y a une baisse de la prévalence dans la population générale du fait des actions menées par le gouvernement et tous ses partenaires. Deuxième élément, c’est le nombre de nouvelles infections chaque année. En 2018, on était à 26 000 nouvelles infections dépistées en Côte d’Ivoire et fin 2020, nous sommes passés à 12 000. Soit une baisse de plus de 54% du nombre de nouvelles infections observées dans l’année 2020 par rapport à 2018. Ensuite, il y a les décès qui sont liés au sida. Le nombre de patients qui meurent du sida a baissé. On était à 17 000 en 2018, en 2020 nous sommes passés à 9 000. C’est vrai que nous sommes loin des objectifs qu’on s’est fixé, mais on observe quand même une tendance à la baisse du nombre de ces différents indicateurs tant à la prévalence, du nombre de nouvelles infections que du nombre de décès » a-t-il expliqué.

Le plan stratégique de lutte contre le sida 2021-2025 a été lancé.

Alain Zadi